EdF : Remonté comme jamais, Deschamps s'en prend à Rabiot

EdF : Remonté comme jamais, Deschamps s'en prend à Rabiot

Photo Icon Sport

Questionné une bonne fois pour toutes sur le cas d'Adrien Rabiot en équipe de France, Didier Deschamps n'a vraiment pas mâché ses mots.

Ces derniers mois, la cote de popularité d'Adrien Rabiot a clairement baissé en France. Proche d'un départ du côté du Paris Saint-Germain, sachant qu'il refuse encore et toujours de prolonger son contrat qui prend fin en juin prochain, le milieu de terrain a récemment été sifflé par le public du Parc des Princes. Tout cela, quelques mois seulement après avoir mis un râteau aux Bleus avant la Coupe du Monde 2018. En refusant de faire partie de la liste des réservistes de l'équipe de France, le joueur de 23 ans s'est assurément tiré une balle dans le pied. Car Didier Deschamps ne veut plus en entendre parler pour le moment, alors que le président Le Graët avait prévu de rencontrer Rabiot avant la fin de l'année 2018.

« Je vais finir par le dire, ça va être repris et je vais faire le buzz, mais ce n’est pas grave. Je ne ferme pas la porte, mais j’ai l’impression que vous me parlez d’un joueur qui a été très bon avec l’équipe de France. Regardez les six matchs qu’il a fait avec nous. Ça n’enlève en rien la qualité d’Adrien Rabiot et ce qu’il peut faire au PSG, même si depuis un certain temps c’est un peu plus compliqué pour lui. Mais on ne parle pas d’un joueur qui a fait des performances de haut niveau à chaque fois qu’il a été avec nous. L’équipe de France vit. J’ai appelé d’autres joueurs qui ont répondu à mes attentes. Il y a de la concurrence. Je ne fais pas une fixation, ce n’est pas une punition. Je ne vais pas aggraver la situation, je ne vais pas minimiser la décision qu’il a prise. Par rapport aux messages que je porte aux joueurs depuis que je suis devenu sélectionneur en 2012 et ce que représente ce maillot, avoir cette attitude-là et cette décision-là, non ! Ce n’est pas une sanction, j’étais bien obligé d’accepter sa décision, ça a des conséquences pour lui, mais vis-à-vis du groupe aussi. Il y a d’autres joueurs, il y a une concurrence, et les joueurs qui ont été à la Coupe du Monde et après ont répondu aussi présent. L’équipe de France n’est à personne, quelle qu’elle soit. Et le groupe est toujours au-dessus des individus. Il est hors de question de faire un cas à part », a balancé, sur beIN Sports, le sélectionneur des Bleus, qui envoie donc un message clair et net à Rabiot. Désormais relégué au fin fond de la hiérarchie dans l'entrejeu, derrière des joueurs comme Ndombele ou Sissoko, le Parisien sera rappelé si et seulement si il affiche un véritable niveau international, au PSG... ou ailleurs. En plus d'un comportement qui doit désormais changer.