PSG : Pierre Ménès soutient un Laurent Blanc « pas complètement con »

PSG : Pierre Ménès soutient un Laurent Blanc « pas complètement con »

Photo Icon Sport

Samedi, face à Montpellier, Laurent Blanc n’a pas aligné son onze-type et le Paris Saint-Germain s’est contenté d’un nul. Certains ont attaqué l’entraîneur du PSG sur ces choix qualifié de « frileux », et cela fait bondir Pierre Ménès. Le consultant de Canal+ rappelle que le Paris Saint-Germain est encore qualifié dans toutes les compétitions officielles et que c’est un match crucial qui aura lieu mercredi prochain à Chelsea. Et que n’aurait-on dit si un joueur du PSG s’était blessé face au MHSC, car l’an dernier trois footballeurs parisiens avaient été forfaits en Ligue des champions après un match contre Caen.

« Finalement, les Parisiens ont donc à nouveau perdu des points. Mais on s'aperçoit que suite au match nul de l'AS Monaco, ils en ont encore 23 d'avance sur leur dauphin. Ils sont de plus qualifiés pour la finale de la Coupe de la Ligue, pour les demi-finales de la Coupe de France et disputeront le match le plus important de leur saison mercredi. Savoir si le PSG sera sacré contre Troyes ou contre Monaco la semaine suivante, ça n'intéresse personne. Et si Paris a le bonheur de se qualifier contre Chelsea, il faudra s'attendre à des matchs de plus en plus poussifs, dans un championnat qui n'est plus la priorité et qui va vraiment devenir anecdotique au vu de l'avance. Mais d'ailleurs, qu'est-ce qu'on aurait dit si Blanc avait mis une équipe de titulaires et qu'il y avait eu une déchirure, une élongation, ou une autre blessure de ce type ? On aurait dit qu'il était complètement con. Là, après ce match, j'entends qu'on n'a pas vu un grand PSG. Mais il faut quand même savoir ce qu'on veut. Et puis il faut aussi regarder ce qui se passe dans les autres championnats européens. Cette semaine, Chelsea n'a pas gagné contre Stoke, la Juve en a pris trois face à l'Inter, le Bayern a perdu à domicile contre Mayence puis a fait nul contre Dortmund, etc. De toute façon, quand le PSG gagne, on dit qu'il écrase la Ligue 1 et qu'on s'emmerde et quand il ne gagne pas parce qu'il a d'autres objectifs, on dit qu'on s'emmerde aussi. Au bout d'un moment, c'est quand même un petit peu lassant », écrit, sur son blog, Pierre Ménès, agacé qu’on puisse critiquer tout et n’importe quoi lorsqu’il s’agit du Paris Saint-Germain.

Share