Il y a un bleu qui bluffe Courbis, et il ne joue pas

Il y a un bleu qui bluffe Courbis, et il ne joue pas

Photo Icon Sport

La France est en quart de finale de la Coupe du monde, et c’est presque inespéré quand on sait dans quelle situation se trouvaient les Bleus après le barrage aller en Ukraine. Mais s’il y en a un qui ne s’est jamais démobilisé, a cru en son groupe dès le départ, c’est bien Didier Deschamps. Déterminé, souriant, garant de la cohésion mais surtout gagneur, le champion du monde 1998 apporte l’exigence et la sérénité dans son effectif. Entraineur et consultant sur RMC, Rolland Courbis, qui comme Didier Deschamps a entrainé Marseille, avoue être totalement séduit par le comportement de « DD » au Brésil, et notamment son attitude par rapport aux déclarations des légendes allemandes sur la prétendue faiblesse de la France. 

« Ça me plait énormément. Didier, une fois de plus, ne tombe pas dans le panneau et ne répond pas. Il laisse dire. Par contre, ce qui est sûr, c’est que dans l’intimité du vestiaire, il doit s’en servir. Quand les gens parlent beaucoup avant un match, c’est parce qu’ils ont peur. C’est comme ça que je le traduis. C’est comme à l’école communale, celui qui voulait se battre et qui criait dans tous les sens, il ne faisait peur à personne. Par contre, celui qui ne disait rien et qui s’approchait calmement, lui, il faisait peur », compare Rolland Courbis, pour qui le calme apparent de Didier Deschamps cache une soif de victoire inaltérable. 

Share