SL : Le Real, la Juve et le Barça contre-attaquent

SL : Le Real, la Juve et le Barça contre-attaquent

Face aux menaces de sanction de l'UEFA, le Real, le Barça et la Juve, qui se disent encore membres de la Super Ligue, ont décidé de contre-attaquer en saisissant la justice.

Fin avril dernier, une bombe provoquait un véritable séisme dans le monde du football : l'annonce de la création d'une Super Ligue européenne. Composée de 12 clubs fondateurs, cette compétition regroupant les équipes les plus riches dans un format avait pour but de  concurrencer la Ligue des Champions. Face à d'énormes mouvements de protestation de la part des différents acteurs du football (supporters, joueurs, entraîneurs...) la quasi-totalité des clubs se sont tout simplement retirés du projet, comme l'ont fait les clubs anglais (Arsenal, Manchester United, Manchester City, Liverpool, Tottenham et Chelsea). Florentino Pérez, grand instigateur de la Super Ligue, s'accroche lui toujours à son idée. La Juve et le Barça n'ont eux non plus pas officiellement quitté le projet. Une situation qui agace l'UEFA, qui a déclaré à plusieurs reprises vouloir sanctionner les clubs fondateurs.

Perez & Co contre-attaquent

Mais il en faut plus pour effrayer un homme de la trempe de Florentino Pérez. D'après les informations de la chaîne de télévision belge RTBF, les trois clubs se disant encore membres de la Super Ligue, à savoir le Real, la Juve et le Barça, ont décidé de porter l'affaire devant la justice. Via le juge de Madrid Manuel Ruiz de Lara, la Cour de Justice de l'Union Européenne a été saisie pour contester « la FIFA et l'UEFA, des entités qui revendiquent la compétence exclusive pour organiser et autoriser des compétitions internationales de clubs de football en Europe et qui interdisent ou s’opposent au développement de la Super League » explique le média belge, visiblement en possession du dossier. Pour faire face à l'UEFA, une dream-team juridique a été recrutée, dirigée par Jean-Louis Dupont, célèbre depuis son implication dans l'arrêt Bosman de 1995. Toutefois, la chaîne belge explique que l'affaire devrait durer de longs mois. Cette décision démontre en tout cas clairement les intentions de Florentino Pérez, qui ne compte pas se soumettre aux exigences de l'UEFA.