L1 : La LFP veut éviter un fiasco, le plan anti-Covid dévoilé !

L1 : La LFP veut éviter un fiasco, le plan anti-Covid dévoilé !

Photo Icon Sport

Ce week-end, de nombreux matchs amicaux ont été annulés en raison de cas de Covid-19 au sein des effectifs des clubs de Ligue 1.

Les matchs OM-Stuttgart, Sochaux-Metz, Dijon-Nîmes, Lens-Rotterdam ou encore Auxerre-Bordeaux ont tous été reportés à cause d’un cas de Covid-19 détecté dans l’une des deux équipes. En cette période de pré-saison, la prudence est logiquement de mise. Mais à compter de vendredi, et la reprise officielle de la Ligue 1 avec le choc entre Marseille et Saint-Etienne en ouverture, le protocole sera différent. Dans ses colonnes, le quotidien L’Equipe détaille comment seront prises les décisions de reporter ou non des matchs officiels selon la situation sanitaire et les cas positifs au Covid-19 au sein des clubs de Ligue 1.

« Chaque club doit nommer un référent Covid-19 et faire réaliser entre 72 et 48 heures avant les rencontres, des tests aux joueurs et au personnel technique et opérationnel des clubs ainsi qu’un examen clinique le matin du match » explique le journal. « En cas de test positif, la personne concernée doit rester isolée du reste du groupe pendant 14 jours. Mais remet-elle en cause la tenue du prochain match de son équipe ? C’est là qu’interviendra la commission Covid de la Ligue, formée lundi et composée de quatre médecins et deux infectiologues. Elle pourra se prononcer sur deux points » est-il détaillé. Et c’est là que cela devient très technique et particulièrement complexe. Car si l’une des deux équipes ne fournit pas l’attestation de suivi médial au moins cinq heures avant le coup d’envoi, alors la commission pourra prendre la décision de reporter le match voire même de donner match perdu à la formation en faute.

Par ailleurs, il est expliqué que si une équipe a plus de trois joueurs ou encadrants positifs au Covid-19 sur huit jours glissants, la commission Covid se réunira afin de prendre la décision de reporter ou non le match. « Autrement dit, s’il y a seulement un, deux ou trois cas récemment détectés dans un club et que celui-ci a respecté les délais, son prochain match pourra se dérouler ». Ce qui signifie concrètement que si le match entre l’OM et Stuttgart, reporté vendredi soir en raison du test positif de Jordan Amavi, avait été un match de Ligue 1, il aurait bien eu lieu. Au même titre que les affiches Sochaux-Metz, Dijon-Nîmes et Auxerre-Bordeaux, tous reportés en raison d’un seul et unique cas de Covid-19.