Vente ASSE : Romeyer et Caïazzo accusés de mentir !

Vente ASSE : Romeyer et Caïazzo accusés de mentir !

Icon Sport

La vente de l'ASSE ressemble à un casse-tête XXL et l'un des détenteurs des parts du club a décidé de tirer dans le tas en s'en prenant à Bernard Caïazzo et Roland Romeyer. 

Le paysage des propriétaires des clubs de Ligue 1 se bouleverse ces derniers temps. Des clubs comme Nice ou Lille ont récemment changé de direction, et avec les difficultés économiques actuelles, Bordeaux est même obligé de se mettre sous la protection du tribunal de commerce pour savoir qui va reprendre le club. A Saint-Etienne, c’est également chaud avec la volonté annoncé des deux présidents de l’ASSE de vendre le club, qu’ils ne parviennent plus à maintenir à un haut niveau, sportif comme financier. Mais cette situation revient sur le devant de la scène depuis des années, et la vente ne se fait toujours pas. Actionnaire minoritaire qui détient tout de même 22 % des parts, Adao Carvalho a donné le fond de sa pensée dans un entretien à But, où il se montre sans pitié envers Roland Romeyer et Bernard Caïazzo. 

« Le vrai patron du club, c'est Caïazzo, pas Romeyer ! Ce dernier se dit être le patron, il en joue, mais il n'a que 22% de l’ASSE. Romeyer et Caïazzo mentent lorsqu'ils disent qu'ils peuvent vendre. Une bonne fois pour toutes, et il faut bien le dire aux supporters, il n'y a que 68% du club qui est aujourd'hui vendable ! Pas 100%. L'ASSE ne leur appartient pas dans sa totalité. La vente, ce n'est pas avant plusieurs mois, au minimum, et peut-être même l'année prochaine. Avec le Covid-19, l'absence des droits TV et les résultats des Verts, il y a plusieurs dizaines de millions d'euros de dettes. Voir les comptes et comprendre qu'il n'y a que 68% à récupérer, ça va en refroidir certains... Je vous le redis : je vois beaucoup de monde. Et parmi eux, il y a un projet qui me semble à ce jour costaud, sérieux. Avec de belles intentions et des idées claires. Ceux qui soutiennent ce projet ont beaucoup, beaucoup d'argent. Ils s'appuient sur des fonds étrangers. Ce sont tout sauf des amateurs. Je peux tout de même vous faire une petite confidence : il y a parmi eux d'anciens footballeurs… », a livré Adao Carvalho, visiblement désireux de mettre le feu à ce dossier, lui qui a toujours eu des relations très difficiles avec les deux dirigeants stéphanois.