Rennes : 48h plus tard, Génésio est toujours furieux !

Rennes : 48h plus tard, Génésio est toujours furieux !

Icon Sport

Deux jours après le match nul frustrant ramené de Fenerbahçe, où Rennes menait 3-0 avant de finir à 3-3, Bruno Génésio ne décolère pas. Plus que ses joueurs, c'est à l'arbitre de la rencontre que ses reproches ont été adressés en conférence de presse samedi.

Pas facile de se reconcentrer sur le quotidien de la Ligue 1 pour les Rennais après la semaine européenne qu'ils viennent de vivre. Déjà qualifiés pour la suite de la Ligue Europa, ils n'ont pas la certitude de finir premier de leur groupe et d'atteindre directement les huitièmes de finale. Et, cela est d'autant plus dommageable que Rennes menait 3-0 sur la pelouse de son concurrent principal Fenerbahçe. Ensuite, les Bretons ont dilapidé leur large avance pour quitter la Turquie sur un 3-3 après deux buts encaissés dans les dix dernières minutes.

Une influence trop grande de l'arbitre sur le résultat ?

Bruno Génésio n'a pas encore digéré ce scénario fou. S'il n'a pas apprécié les faiblesses montrées par sa défense, un homme retient encore plus son attention, M. Novak Simovic. L'arbitre serbe de la rencontre et ses assistants ont refusé un but de Majer pour un hors-jeu très limite. Mais, au-delà de ça, M.Simovic s'est montré trop complaisant avec certains tacles turcs selon l'entraîneur rennais. Pour Bruno Génésio, il manque un penalty en faveur de son équipe et un carton rouge contre la formation stambouliote. Des erreurs décisives dans le retour de Fenerbahçe au score comme il l'a expliqué en conférence de presse ce samedi.

« Mais je vais le faire parce que l’arbitre a été très très important pour eux. Je pense qu’il y a deux attentats sur Amine Gouiri, où il sort un carton jaune pour un coup de pied dans le dos. Avant la mi-temps, Valencia met un coup de pied volontaire, il ne se passe rien. S’il siffle faute sur le premier but qu’on encaisse, de Martin (Terrier), je ne vois absolument pas comment il peut ne pas siffler penalty sur Adrien (Truffert). Il nous refuse un but avec la VAR pour un hors-jeu de Martin. Il a eu une influence très tranquille. Mais je pense qu’on s’est quand même bien fait avoir sur ce match. Je ne sais pas si vous avez revu les images sur Adrien Truffert, mais s’il n’y a pas penalty là, il faut bannir les règles du penalty des règlements du football. Ça ferait 4-1 à condition de le marquer. Donc on n’en a pas beaucoup parlé, mais il y a eu quelques faits de jeu contre nous », a t-il sorti à la veille de la réception de Montpellier en Ligue 1. Un sentiment d'injustice renforcé par les erreurs d'arbitrage connues par les Rennais lors des saisons précédentes. C'était notamment le cas en huitièmes de finale aller de Ligue Europa conférence, sur la pelouse de Leicester au printemps dernier, avec une succession d'erreurs contre les Bretons.