PSG : Ekitike au Japon, un petit souci le bloque en France

PSG : Ekitike au Japon, un petit souci le bloque en France

PSG

Hugo Ekitike a signé au PSG quelques heures après le départ des joueurs parisiens vers le Japon. Mais quoi qu'il en soit, il ne pouvait pas embarquer dans l'avion.

Nombreux sont les supporters du Paris Saint-Germain qui ont montré leur déception samedi lorsque le champion de France a diffusé une photo de la délégation parisienne devant l’avion qui la transportait jusqu’au Japon où le PSG jouera trois matchs de préparation. Car sur cette photo, on ne voyait pas Hugo Ekitike, alors que le joueur du Stade de Reims était dans la capitale depuis 24 heures. Cependant, à 20 heures, Paris officialisait la signature du jeune attaquant, lequel s’est engagé sous forme de prêt avec option d’achat. Et ce lundi, le nouveau joueurs du Paris Saint-Germain n’est toujours pas parti vers le Japon pour rejoindre ses coéquipiers. Motif de ce retard, un banal problème administratif, à savoir que le joueur n’a pas de visa pour entrer dans l’Empire du Soleil Levant, ce qui lui interdit d’embarquer dans un avion partant vers Tokyo. Pas de chance pour Hugo Ekitike et le PSG, ce visa ne lui sera pas accordé ce lundi pour une raison là aussi très spéciale.

Ekitike au Japon d'ici 48 heures

Ce lundi 18 juillet, les services de l’ambassade du Japon en France, seule autorité habilitée à attribuer un visa, sont tout simplement fermés. Non pas que l’administration nippone ait décidé de faire cadeau d’un jour de repos à ses employés à Paris en raison de la canicule, mais ce jour est férié au Japon. A l’occasion troisième lundi de juillet, ce qui est le cas ce lundi 18 juillet, le pays fête Umi no hi, ce qui veut dire le Jour de la mer, la mer ayant évidemment une importance spéciale, le Japon étant composé d’îles. Pour en revenir à Hugo Ekitike et au Paris Saint-Germain, le PSG pense pouvoir obtenir le visa de son joueur dès mardi, ce qui lui permettra de rejoindre l’effectif de Christophe Galtier dans les prochaines 48 heures.