Le PSG qui « chouine » sur le fair-play financier, ça met Riolo en furie

Le PSG qui « chouine » sur le fair-play financier, ça met Riolo en furie

Photo Icon Sport

Tout juste sacré champion de France pour la troisième saison consécutive, le PSG se demande actuellement quels seront ses moyens financiers pour se renforcer cet été. Car cela s’est vu face au FC Barcelone, avec quelques absents de marque, le club de la capitale est paru bien trop loin du niveau d’un grand d’Europe, et semble avoir encore beaucoup de progrès à faire pour atteindre ce fameux dernier carré européen. Un sacré gâchis selon Daniel Riolo, pour qui le PSG a largement mis les moyens qui auraient pu lui permettre de voir plus loin en Ligue des Champions, mais a tout simplement mal utilisé les leviers financiers énormes mis à sa disposition. Et à l’heure où Paris espère pouvoir disposer d’une enveloppe plus large pour recruter sans être trop perturbé par le fair-play financier, le polémiste de RMC dit ce qu’il pense de l’attitude très « franchouillarde » du club francilien. 

« C’est donc reparti pour un tour. La rengaine de l’été. Le grand méchant Fair-play financier va empêcher le PSG de rêver plus grand. C’est une extension de la chouinerie habituelle des clubs français : « C’est la faute à pas de blé ». On ne recrute pas, pas de blé. On ne gagne pas, pas de blé. On joue mal, pas de blé. On est bidon en Europa League, pas de blé. Là, face au FPF, le PSG est seul. Mais ça participe à la même réflexion. Chialer sur le blé qu’on a n’a pas au lieu de gérer, au mieux, celui qu’on a. (..) 490 millions de budget et une masse salariale énorme pour tout rafler dans une Ligue mineure, c’est cher non ? Alors, il faut une excuse. La com’ du PSG travaille dessus, les médias sont prêts à avaler et les supporters gogos se régalent déjà. Ces derniers ont même monté un mouvement : « PSG en colère ». « Le FPF c’est injuste, Platini est pourri, l’UEFA est anti PSG ». Même flanqué d’un avocat pour faire sérieux, ça vole à peine au-dessus du comptoir. Sans le FPF, le rêve serait déjà réalité. Ce grand Barça injouable, Paris l’aurait cogné. Comment ? Avec Cristiano ou Messi pardi. Sans le FPF, le PSG se serait gavé de joueurs. Budget 1 milliard, masse salariale digne du PIB d’un continent tant qu’on y est non ? Ça marche comme ça le foot ? Il faut être sacrément inculte, ne rien connaître à l’histoire de ce sport pour croire une seconde à de telles inepties.(...) Mais pas de panique, le FPF va alléger son dispositif. Certaines injustices (car il y en a, c’est clair) vont être corrigées. En attendant de pouvoir arrêter de chouiner sur le manque de blé, le PSG serait inspiré de réfléchir à son organigramme. Directeur sportif ou pas ? Je ne comprends même pas que la question se pose. Ensuite : le coach actuel, qui égalera bientôt les performances de Paul Le Guen à l’OL, reste, soutenu par tout un pays, mais après ? », interroge un Daniel Riolo remonté comme un coucou et qui en profite pour taper sur le PSG, ses joueurs, ses dirigeants, ses recruteurs, et son entraineur bien évidemment.