L1 : Al-Khelaifi, un coup d'état du Qatar à la tête du foot français ?

L1 : Al-Khelaifi, un coup d'état du Qatar à la tête du foot français ?

Photo Icon Sport

Depuis quelques jours, le patron du PSG s'est emparé de différents dossiers liés au football français. Et Nasser Al-Khelaifi le fait parfois assez virilement.

Du côté de la Ligue de Football Professionnel, certains présidents sont devenus des supporters acharnés de Nasser Al-Khelaifi, le président qatari du Paris Saint-Germain ayant pris à bras le corps le dossier des négociations des droits TV avec Canal+. Que ce soit du côté de Rennes, de Lille ou bien encore de Saint-Etienne, NAK passe pour le Messie capable d’éviter le pire pour la Ligue 1 au moment où le foot français est en apnée en raison de l’épidémie de coronavirus. Mais si le dirigeant parisien s’est imposé durant cette période, alors qu’au même moment Jean-Michel Aulas reste à l’écart, son comportement récent ne fait pas vraiment le bonheur de tout le monde à la LFP. Car d’un naturel, a priori, assez courtois, Nasser Al-Khelaifi aurait haussé le ton à quelques reprises sur un ton assez glaçant pour ses interlocuteurs.

Nasser Al-Khelaifi serait ainsi assez remonté contre Nathalie Boy de la Tour et Didier Quillot, lesquels seraient devenus ses bêtes noires. Le Parisien raconte ainsi que lors d’une récente réunion de crise, la LFP avait transmis de mauvais codes de connexion au patron du PSG pour qu’il participe à une visioconférence et que Nasser Al-Khelaifi a foudroyé les deux responsables de la Ligue rien que pour ce motif assez futile sur un ton très virulent. « Il lui arrive de plus en plus souvent de nous parler de façon véhémente », a confié un membre du conseil d’administration de la Ligue. De même, il y a quelques jours, lors d'une discussion sur la réduction du salaire des footballeurs de Ligue 1, il a été assez virulent et a mis une grosse pression sur l’UNFP afin d’obtenir ce qu’il voulait. « On n’a pas pu s’empêcher de penser qu’il demandait à l’UNFP ce qu’il n’osait pas demander à Neymar », ironise, dans le quotidien régional, un des participants à ces réunions. Alors, même si Nasser Al-Khelaifi est clairement un atout majeur pour la LFP, certains estiment que le dirigeant qatari du Paris Saint-Germain devrait éviter de se montrer parfois aussi rude, sous peine de faire craindre une mise sous tutelle de la LFP.