OL : Pierre Ménès fait un constat effrayant pour Lyon

OL : Pierre Ménès fait un constat effrayant pour Lyon

Photo Icon Sport

Pierre Ménès n'est pas tendre avec l'Olympique Lyonnais au lendemain du nul contre Nîmes. Pour le consultant de Canal+, Jean-Michel Aulas doit s'inquiéter pour son club.

Les supporters de l’Olympique Lyonnais ont connu l’ivresse des cimes lors de l’énorme parcours de l’OL dans le Final 8, mais ils vivent actuellement une descente aux enfers nettement moins agréable. Car c’est peu dire que la formation de Rudi Garcia, vidangée par un mercato sans fin, ne montre rien en Ligue 1, à l’image du triste spectacle offert vendredi soir contre Nîmes au Groupama Stadium. De quoi inquiéter Pierre Ménès qui ne voit pas comment Lyon va pouvoir se relancer cette saison, d’autant plus que les départs s’enchaînent et qu’aucun joueur de qualité n’est susceptible de rejoindre l’OL si l’on en croit les dernières rumeurs. Pour l’homme du Canal Football Club, l’heure est du grave du côté du club de Jean-Michel Aulas et de Juninho. 

« En ce qui concerne l’OL, on a vu les mêmes défauts à Montpellier que face à Nîmes hier soir. Et en particulier ce problème offensif qui perdure, avec une ligne d’attaque inexistante. Memphis est déjà en train de boucler ses sacs Vuitton, Dembélé est en total manque de confiance et de mobilité… Quand cette équipe n’aligne pas son milieu de terrain Guimaraes-Caqueret-Aouar, il ne se passe pas grand-chose.  En première période, ce sont même les Nîmois qui ont eu les meilleures occasions, avec la transversale de Ripart et le super arrêt de Lopes sur la frappe de Ferhat. Et les hommes de Garcia ont enchaîné avec une seconde période pathétique. Ah, pour centrer, ça centre. Mais le seul centre potable a été celui de Dubois pour la tête de Dembélé, au-dessus. C’est d’autant plus inquiétant qu’on sait que des joueurs majeurs vont partir et que, faute de moyens, ils seront remplacés par des joueurs d’un niveau moindre. Honnêtement, l’avenir me semble assez sombre du côté de Lyon… », explique, sur son blog, Pierre Ménès.