OL : Lyon fautif à 100 %, Aulas dégommé par Geoffroy Garétier

OL : Lyon fautif à 100 %, Aulas dégommé par Geoffroy Garétier

Icon Sport

Vendredi, des incidents au stade Charléty ont empêché le match des 32es de finale de Coupe de France entre l’OL et le Paris FC d’aller à son terme.

A la mi-temps, les Ultras de l’OL ont forcé les barrières de leur parcage et ont semé la zizanie dans le stade du Paris FC. Une enquête est en cours et elle pourrait démontrer que les supporters lyonnais répondaient à des provocations de certains Ultras du PSG. C’est pour cela que dès vendredi soir, Jean-Michel Aulas parlait en conférence de presse de « responsabilités partagées ». Cela ne tient cependant pas debout selon Geoffroy Garétier. Sur le plateau du Late Football Club, le consultant de Canal + a chargé Lyon et son président Jean-Michel Aulas. Pour le journaliste de la chaîne cryptée, l’OL est responsable des incidents à 100 % et cela ne souffre d’aucune contestation. Peu importe les arguments avancés par le président rhodanien…

Geoffroy Garétier charge Jean-Michel Aulas

« Ce qui m’agace, c’est que dès les heures qui ont suivi les incidents de Charléty, Jean-Michel Aulas a voulu mettre les deux clubs sur le même plan. La fameuse phrase des responsabilités partagées… J’étais à Charléty vendredi soir, j’ai vu ce qu’il s’est passé. Tout est parti du parcage de l’OL et le chaos a été semé à partir du parcage des Ultras de l’OL. Je n’ai pas vu les Ultras du PSG mais je ne prétends pas que j’ai tout vu. C’est au club recevant de garantir la sécurité du stade sauf du parcage visiteur. L’OL avait son parcage pour ses supporters avec ses propres stadiers et était chargé d’assurer la sécurité de cet enclos. Pour moi, ce n’est pas possible que les deux clubs sont responsables. Il y a un problème lyonnais et il ne faut pas oublier que trois matchs en France n’ont pas été à leur terme, il y a deux fois Lyon ! Il y a possibilité de récidive » a lancé Geoffroy Garétier, accusant clairement l’OL d’une mauvaise gestion de ses supporters après ce deuxième incident, un mois après l’interruption du match contre l’OM au Groupama Stadium pour un jet de bouteille sur Dimitri Payet.