Nantes : Kolo Muani n’accepte pas les critiques de Kita

Nantes : Kolo Muani n’accepte pas les critiques de Kita

En fin de contrat avec le FC Nantes, Randal Kolo Muani s’est déjà engagé avec l’Eintracht Francfort. Un scénario difficile à avaler pour son président Waldemar Kita qui regrette un manque de reconnaissance. Alors que l’attaquant, lui, pense adopter le bon comportement.

Le cas Randal Kolo Muani passe mal au FC Nantes. Auteur d’une saison remarquée, notamment avec 12 buts et 5 passes décisives en Ligue 1, l’attaquant de 23 ans va partir libre cet été. Le joueur formé au club s’est déjà engagé avec l’Eintracht Francfort. Un scénario difficile à avaler pour Waldemar Kita. Depuis plusieurs mois, le président des Canaris critique le choix de Randal Kolo Muani, et surtout le comportement de son entourage à qu’il reproche un manque de reconnaissance.

« Ce que je regrette, c’est qu’on a un gamin qu’on prend à 15 ans, qu’on nourrit, qu’on loge, à qui on donne une éducation et un contrat professionnel, et qu’on ne nous dise pas merci. C’est ça qui me dérange le plus, réagissait le dirigeant dans un récent entretien accordé à RMC. Qu’il parte, ce n’est pas grave, mais ça… Lui c’est un brave garçon, mais c’est autour de lui que c’est compliqué. (…) Moi je suis toujours dans l’humain. Et l’humain profite de tout. » De son côté, Randal Kolo Muani ne partage pas l’avis de son supérieur. Le Nantais, qui s'est confié au quotidien Ouest-France, se sent redevable et tient à remercier son club formateur comme il le peut.

La Coupe de France pour remercier Nantes

« Je n’ai pas envie qu’on me dise : tu as signé à Francfort, tu t’en fous maintenant. Je suis une personne loyale. Nantes, c’est mon club formateur, je lui dois tout. C’est lui qui m’a offert un premier contrat pro, m’a permis de disputer mes premiers matches en Ligue 1. Je me dois de jouer à fond jusqu’au dernier match. Si je me sens redevable ? Oui, c’est obligé. J’en ai fait des tests et c’est le FC Nantes qui m’a ouvert la porte. Je lui suis vraiment reconnaissant. J’ai été éduqué comme ça. En plus, au centre, ils ont toujours cru en moi. Je donnerai donc tout tant que je suis sur le terrain », a assuré Randal Kolo Muani, déterminé à remporter la finale de la Coupe de France contre Nice samedi.