SL : L'OM de McCourt cité en exemple par l'UEFA

SL : L'OM de McCourt cité en exemple par l'UEFA

Aleksander Ceferin, président de l'UEFA, a cité Frank McCourt comme exemple de symbole de l'opposition à la création d'une Super Ligue européenne.

Il s'agit probablement de l'une des révolutions les plus courtes de l'histoire du football. Annoncé officiellement le 18 avril, la Super Ligue européenne portée par Florentino Pérez a rapidement subi un terrible revers. Face au rejet des supporters, des joueurs et entraîneurs, de nombreux clubs se sont retirés, mettant le projet en pause. Pour le média slovène 24ur, Aleksander Ceferin est revenu sur la situation. S'il a expliqué que des sanctions étaient à l'étude pour les clubs fondateurs, il a tenu à rappeler que de nombreux dirigeants partageaient la vision des choses de l'UEFA. Parmi eux, Frank McCourt a notamment été cité en exemple. Malgré la culture américaine qui privilégie les ligues fermées, le président de l'OM s'est montré fermement opposé au projet.

« J'ai parlé au propriétaire de la Roma et de l'Olympique de Marseille, qui sont des milliardaires américains et qui ont déclaré publiquement qu'ils n'entreraient jamais dans un tel projet parce qu'ils respectent les fans et la tradition de leurs clubs. Il est injuste de dire que les propriétaires américains sont différents, même s'il est vrai que leur culture et leur système sportif est différent » a déclaré le dirigeant slovène.

L'argument de Pérez irrecevable

Face aux argument de Florentino Pérez qui évoque des difficultés économiques rencontrées par les plus gros clubs, le président de l'UEFA a souligné l'excellent travail réalisé par des formations comme le Bayern Munich. « Cela se produit lorsque vous surpayez certains joueurs et n'obtenez pas de résultat. Prenons le Bayern Munich: ils n'ont pas de dettes et ont remporté la Ligue des champions. J'étais en contact permanent avec le directeur général du Bayern Karl-Heinz Rummenigge et le directeur général du Borussia Dortmund Hans-Joachim Watzke. Ils m'ont beaucoup aidé, tout comme le président Nasser Al-Khelaifi » a conclu l'homme de 53 ans. La guerre entre l'UEFA et les têtes pensantes de la Super Ligue telles que Florentino Pérez ou Andrea Agnelli est loin d'être terminée.