Pierre Ménès désigne les deux bugs de Lille !

Pierre Ménès désigne les deux bugs de Lille !

Icon Sport

Lille a laissé filer une victoire qui lui tendait les bras vendredi soir à Monaco, et pour Pierre Ménès deux joueurs témoignent des soucis du LOSC cette saison en Ligue 1.

En s’imposant à Monaco, le champion de France en titre avait l’occasion de remonter vers le haut du classement de Ligue 1. Mais, après avoir mené 0-2, et s’être retrouvé à 11 contre 10 après l’expulsion en fin de match de Pavlovic, le LOSC a finalement été contraint de se contenter d’un nul (2-2). Un résultat qui laisse la formation de Jocelyn Gourvennec à la 12e place alors que Lille pouvait au moins provisoirement passer devant Montpellier et l’OL notamment. Revenant sur la prestation nordiste au stade Louis II, Pierre Ménès estime que les résultats sont probablement le fait de quelques faillites individuelles, ou du moins des grosses baisses de régime. Et l’ancien consultant du Canal Football Club de citer deux joueurs. 

Pierre Ménès voit deux coupables à Lille

Pierre Ménès cite en effet Ivo Grbic et Burak Yilmaz comme les deux symboles des soucis actuels de Lille en Ligue 1. « Quand on cherche à analyser ce qui a changé entre le LOSC champion 2021 et le LOSC de cette saison, il y a déjà le fait que ce n’est plus Maignan dans les buts, mais Grbic, un gardien globalement médiocre. Pas mauvais dans le domaine aérien, mais pas doué sur sa ligne et qui n’a pas beaucoup de jus. Il est clairement responsable sur les deux buts monégasques. Autre problème de taille pour la formation nordiste : Yilmaz. L’attaquant turc n’est entré qu’à quelques minutes de la fin, mais il a trouvé le moyen de bouffer la feuille en tirant dans les mains de Nübel alors qu’il avait deux partenaires décalés sur sa droite. Ce sont des détails, mais cela explique la différence entre une équipe qui, l’an passé, a gagné pas mal de ses matchs sur un but d’écart et qui, cette année, mène régulièrement au score, mais se fait systématiquement rejoindre », constate, sur son blog, Pierre Ménès.