L1 : Bordeaux vendu aux Saoudiens, coucou l'OM

L1 : Bordeaux vendu aux Saoudiens, coucou l'OM

Le journaliste Ben Jacobs évoque des contacts entre King Street et Turki Al Sheikh, homme d'affaire saoudien, autour d'un éventuel rachat des Girondins de Bordeaux.

Lâché par son actionnaire majoritaire King Street et placé sous la protection du Tribunal du commerce, Bordeaux vit probablement la période la plus sombre de son histoire depuis bien longtemps. Alors que le club lutte pour son maintien, 1500 supporters ont manifesté dans les rues bordelaises ce samedi pour exprimer leur mécontentement face à leur direction mais également apporter leur soutien aux joueurs. Pour sortir de cette situation compliquée, les Girondins sont donc actuellement à la recherche d'un repreneur pour éviter une relégation administrative. Et comme c'est le cas pour l'OM, les regards pourraient se tourner vers l'Arabie Saoudite. Sur son compte Twitter, le journaliste Ben Jacobs a affirmé que des contacts existaient entre Turki Al Sheikh, conseiller saoudien à la Cour royale, et King Street.

Premiers contacts Turki Al Sheikh / King Street

«  Je peux confirmer que le conseiller de la Cour royale saoudienne et propriétaire d'Almeria, Turki Al Sheikh, s'intéresse à Bordeaux et a pris contact avec King Street. Surveillez cet endroit. Le club est actuellement sous la protection du tribunal de commerce, et le maire Pierre Hurmic dit qu'il envisage de s'impliquer dans la recherche d'un nouveau propriétaire / investissement. Mais on me dit que l'approche initiale de TAS était directement aux représentants de King Street pour comprendre le contexte du terrain » a tweeté le journaliste.

Si l'information a immédiatement été démentie par Romain Molina, souvent bien informé, il est évident que l'intérêt d'hommes d'affaires influents en provenance d'Arabie Saoudite se fait de plus en plus pressant dans le monde du football. Turki Al Sheikh possède déjà le club espagnol d'Almeria, tandis que l'OM a régulièrement été cité comme une cible potentielle de rachat pour Al-Walid ben Talal, prince et homme d'affaires. Si les deux parties ne sont encore qu'au stade des premiers contacts, le rachat des Girondins de Bordeaux permettrait à la Ligue 1 d'éviter de perdre l'un de ses clubs historiques.