Retour de Benzema : Cinq ans de boycott, trois minutes pour tout régler

Retour de Benzema : Cinq ans de boycott, trois minutes pour tout régler

Il y a une semaine tout juste, la rumeur commençait à parcourir le monde du football en France comme une trainée de poudre. Didier Deschamps était annoncé prêt à reprendre Karim Benzema, après plus de cinq ans de boycott.

Une information confirmée dans la soirée, quand le sélectionneur national a prononcé le nom de « Karim Benzema » dans sa liste en vue de l’Euro 2021. Un tel évènement que même l’actualité du Covid qui fait la Une depuis un an et demi, est passée au second plan. Le retour de l’attaquant du Real Madrid a fait passer derrière lui, l’espace d’une soirée, les chiffres sanitaires, la course à la vaccination ou les réouvertures des terrasses. Même KB9 s’en est rendu compte. 

« On n’a pas parlé de Covid en France mardi dernier ? Et c'est une très bonne nouvelle ! (Sourire.) C'est marrant parce qu'on m'a beaucoup dit ça. Mardi, c'était un jour particulier. Avec de l'espoir. Ça montre que mon retour était attendu par tout le monde, toutes générations confondues. Et moi j'étais très, très heureux. C'était la fête chez moi. J'étais à la maison à Madrid. Mais depuis le matin, je recevais plein de messages ! Tout le monde attendait 20 h 20 (rires). La rumeur avait gonflé, c'était l'événement de la journée. Et moi j'attendais comme tout le monde, devant la télé, et avec tous mes proches au téléphone, ma mère, mon père… », a livré dans un entretien à L’Equipe un Karim Benzema qui s’est confié sur ce fameux rendez-vous avec Didier Deschamps qui a permis de mettre les choses au clair. 

« Il l'a expliqué lui-même, on s'est parlé, c'est clair. On a beaucoup discuté et on s'est dit beaucoup de choses. Des choses qu'on avait à se dire depuis un bon bout de temps. C'était une bonne explication, avec des mots importants. Aujourd'hui, je suis à nouveau sélectionné en équipe de France, donc c'est que la discussion s'est bien passée... On s'est vus. C'était vraiment un moment tranquille. On ne s'était plus vus depuis ma dernière sélection, en 2015... Ça nous a fait du bien de discuter, d'échanger et de voir qu'on avait beaucoup de choses à se dire. Je me suis toujours bien entendu avec lui et, au bout de trois minutes, tout était redevenu comme avant. Alors que ça faisait plus de cinq ans qu'on ne s'était pas croisés. On a parlé de beaucoup de choses, c'était une longue discussion entre hommes, qui restera entre nous. On s'est dit beaucoup, beaucoup de choses. On n'a pas parlé que football, on a parlé de tout : de la vie, la famille... Mais à aucun moment il ne m'a dit : "Tu seras à l'Euro". La seule chose que je me suis dit après cette discussion, c'est qu'on avait fait un grand pas ensemble, et que c'était positif. Je me suis dit qu'il fallait que je continue à bosser dur, sans baisser les bras, en me fixant des objectifs toujours plus élevés. Et après, on voit ce qu'il se passe », a livré le buteur tricolore, qui estime n’avoir jamais douté de son retour un jour en équipe de France.