France : Didier Roustan ne joue pas les Footix de base

France : Didier Roustan ne joue pas les Footix de base

Photo Icon Sport

Didier Roustan connaît trop bien l'histoire du football pour rejoindre la cohorte de ceux qui ce lundi matin hurlent à qui veut l'entendre que l'équipe de France qui a balayé l'Islande est une formation hors du commun et d'un niveau inouï. Pour le consultant de L'Equipe 21, l'Euro 2016 avait été taillé sur mesure pour que la France soit en demi-finale, et s'il est agréable de voir l'engouement provoqué chez les Bleus, il faut tout de même raison garder avant le sprint final.

« Quand je vois le SDF en ébullition avec ces drapeaux tricolores qui s’agitent, les images de ces dizaines -centaines ?- de milliers de gens à travers toute la France qui hurlent leur joie, et les interviews qui passent en boucle sur toutes les chaînes TV, avec tous ces jeunes, la bouche en coeur ou en banane, à crier : "c’était génial, super, quel régal, on est en 1/2, on est en 1/2, on est on est etc..", je me réjouis évidemment de ce bonheur partagé..c’est la première chose on va dire..les gens sont heureux et perso j’ai toujours aimé voir les gens heureux, donc ça me va bien..mais le deuxième sentiment qui m’envahit assez rapidement, et qui ne me permet pas de partager ce grand élan national, c’est que je ne suis pas vraiment.. ébahi on va dire, par le jeu de l’EDF depuis le début de la compétition..c’est le revers de la médaille aussi, les grands de ce monde ayant fait en sorte de baliser le parcours des bleus jusqu’à la 1/2 finale, il était difficile, à défaut d’avoir sur les pelouses un football de rêve, de monter dans les tours d’un point de vue émotionnel..alors sans vouloir faire office du rabat-joie de service, du mec blasé ou grincheux, disons que jouer des claquettes sur les tables dans ces conditions serait purement factice et ça désolé, je ne sais pas faire.. », écrit, dans sa chronique, Didier Roustan, qui se réserve pour la demi-finale entre la France et l’Allemagne, championne du monde en titre. Une affiche dont on sait qu’elle a toujours tenu ses promesses, même si souvent cela a été un crève-coeur pour les supporters tricolores.