FFF : Seul contre tous, il veut plus que jamais la peau de Le Graët

FFF : Seul contre tous, il veut plus que jamais la peau de Le Graët

Icon Sport

Sur la touche à la FFF, Noël Le Graët continue de se défendre vertement. Mais les derniers rebondissements l'enfoncent encore plus, et Eric Borghinhi a décidé de ne plus "fermer sa gueule". 

« Ferme ta gueuleBorghini ». Voilà comment Noël Le Graët a réagi, pendant le fameux comité exécutif de la fédération française de football (FFF) de la semaine dernière, face à la seule personne qui a demandé sa démission. Au coeur de la tempête pour sa sortie à l’encontre de Zinedine Zidane, le président de la 3F l’est également pour son comportement, les enquêtes à son encontre et l’audit lancé par le Ministère des sports. Cela fait beaucoup en peu de temps après d’autres sorties en mode dérapage ces dernières semaines, avant ou pendant la Coupe du monde. Résultat, en difficulté face à son propre comité exécutif, Le Graët a trouvé une porte de sortie plus discrète en se mettant à l’écart en attendant la fin des enquêtes. Pas suffisant pour Eric Borghini, qui fut le seul à demander clairement son départ immédiat, ce qui lui a valu les insultes en retour du dirigeant breton. 

Le Graët, démission inévitable ?

Mais, à l’heure où la situation évolue concernant Le Graët, la seconde couche est passée. En effet, l’audit commandé par la Ministre des Sports a débouché sur « un signalement à la justice pour outrage sexistes », preuve que les accusations sont prises au sérieux à l’encontre de l’emblématique président de la FFF. Président de la Ligue Méditerranée, Eric Borghini a réagi sur France Info à cette information. « Cela représente un choc émotionnel pour des dirigeants comme moi. C'est presque de l'ordre du sacrilège de voir le président de la Fédération dans la tourmente. J’ai demandé sa démission, et malheureusement le signalement à la justice me donne un peu raison. Je vois mal comment il pourrait ne pas démissionner, même s’il y a présomption d’innocence », a ajouté le membre du comité exécutif de la FFF, qui aimerait que l’ancien maire de Guingamp prenne ses responsabilités. 

Ce dernier est pour le moment très loin d’être dans cet état d’esprit, puisqu’il assure à ses collègues qu’il n’y aura rien dans l’enquête du Ministère des Sports à son encontre. Il s’étonne même de voir les infos fuiter dans les médias sur les suites judiciaires possibles. Spécialiste de la politique, Le Graët se doute que les fuites sortent pour préparer l’opinion publique aux conclusions en sa défaveur. « Je viens de prendre connaissance avec étonnement d'un article du Monde faisant état de fuites sur le rapport provisoire en cours de préparation. A ce stade je ne connais ni les faits qui me sont reprochés ni les personnes qui en sont à l’origine. Plus généralement je m'étonne que des informations puissent être divulguées alors même que le rapport provisoire ne m'a pas encore été transmis et que je n'ai pas été en mesure de faire valoir mes observations sur celui-ci », a livré Le Graët dans un communiqué auprès de l’AFP. 

Le Graët y croit encore

Comme ce fut le cas lors de la dernière réunion du comité exécutif, le dirigeant breton estime encore pouvoir inverser la tendance et s’en sortir. Cela semble de plus en plus difficile au fur et à mesure que les accusations tombent et se multiplient. Plusieurs anciennes collaboratrices ont pris la parole, que ce soit dans les médias ou dans l’enquête du Ministère, tandis que des informations sur ses mauvaises habitudes, notamment son penchant pour l’alcool, ont aussi été dévoilées dans les médias.