FFF : Noël Le Graët riposte face aux accusations

FFF : Noël Le Graët riposte face aux accusations

Icon Sport

Ce mardi, le parquet de Paris a informé de l’ouverture d’une enquête préliminaire pour harcèlement sexuel et moral visant Noël Le Graët.

Mis en retrait de la présidence de la Fédération française de football, Noël Le Graët traverse une sale période. Ce mardi, le dirigeant breton de 81 ans a fait l’objet de l’ouverture d’une enquête préliminaire pour harcèlement moral et sexuel. Les investigations ont été confiées à la brigade de répression contre la délinquance aux personnes et fait suite à un signalement de l’Inspection générale de l’éducation nationale, du sport et de la recherche. L’ouverture de l’enquête se base par ailleurs sur les nombreux témoignages publiés par la presse mais également sur une enquête interne menée depuis de longues semaines. Dans un communiqué transmis à l’AFP, Noël Le Graët a néanmoins tenu à se défendre en démentant formellement les accusations dont il est la cible.

Noël Le Graët visé par une enquête 

Dans son communiqué, Noël Le Graët « dément toutes (les) accusations de harcèlement moral ou sexuel ou autres infractions pénales ». Le président en retrait de la Fédération Française de Football s’étonne par ailleurs d’apprendre « par voie de presse » l’ouverture d’une enquête pour harcèlement moral et sexuel et fustige « les nombreuses interférences et pressions politiques ». Sans aucun doute, c’est ici Amélie Oudéa-Castera qui est visée par le dirigeant breton, en guerre ouverte avec la ministre des sports depuis plusieurs semaines, et avec qui les tensions ont été plus vives que jamais pendant la Coupe du monde au Qatar, où Noël Le Graët a parfois donné l’impression de manquer de respect à la membre du gouvernement d’Elisabeth Borne. Quoi qu’il en soit, la pression est plus forte que jamais sur le président de la Fédération Française de Football, qui figure désormais au cœur des investigations de la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).