FFF : Le Graët à genoux devant Zidane pour sauver son poste

FFF : Le Graët à genoux devant Zidane pour sauver son poste

Icon Sport

En pleine tempête, Noël Le Graët a lui-même décidé de se mettre en retrait jusqu’à la fin de l’audit à la Fédération Française de Football. Le président de l’instance, qui a contacté Zinedine Zidane pour présenter ses excuses, assure qu’il sortira indemne après l’enquête.

La situation de Noël Le Graët ne s’arrange pas. Après ses propos polémiques sur Zinedine Zidane, le président de la FFF a été enfoncé par l’agente de joueurs Sonia Souid, dont le témoignage alimente l’audit en cours sur les dysfonctionnements au sein de l’instance. Il n’empêche que le dirigeant a encore clamé son innocence pendant le comité exécutif organisé ce mercredi, et auquel Eric Borghini a assisté.

Le Graët plaide non-coupable 

« Nous sommes allés au fond des choses, a raconté le proche de Noël Le Graët, dans des propos relayés par RMC. On a commencé par écouter notre président, qui a commencé le Comex en nous disant : "je n'ai rien fait, je jure sur votre tête à tous que je n'ai rien fait et que le rapport de l'audit sera très positif pour moi, il n'y aura rien contre moi". » Le patron de la 3F, qui espère garder son poste, a également évoqué ses déclarations sur Zinedine Zidane.

« Il nous a ensuite présenté ses excuses pour les propos tenus sur Zinedine Zidane, a poursuivi Eric Borghini. Des propos qu'il ne pense pas, il est conscient de ce qu'il représente pour le football français et mondial. Il a reconnu qu'il avait commis une erreur, eu une communication non maîtrisée. Il a envoyé une lettre à Zinedine pour lui demander un rendez-vous. Il s'est excusé auprès de lui et auprès de nous. » Dans ce contexte, Noël Le Graët ne pouvait qu’accepter de se faire discret.

« Cette mise en retrait est une proposition de Noël Le Graët, a révélé le président de la Ligue Méditerranéenne. Après la phase des excuses pour Zinedine Zidane et la petite erreur sur le plan formel concernant le contrat de Didier Deschamps, on a eu une discussion en vérité, très franche, un peu comme dans une famille. A l'issue, Noël a parfaitement compris que le statu quo était impossible. Vu l'emballement médiatique, vu les attentes politiques, vu l'état de l'opinion publique, le statu quo était impossible. Il a proposé de se mettre en retrait, jusqu'à ce que le rapport d'audit soit étudié par le comité exécutif. »

En attendant, l’ami du Breton espère le voir revenir. « Si le rapport blanchit complètement le président, je voudrais que l'on m'explique pourquoi il serait contraint à la démission. Soit il a commis des faits qui, sur le plan pénal, disciplinaire, éthique, sont condamnables, ce sera dans le rapport et dans ce cas-là, il n'y a pas de sujet et il nous a de lui-même dit : "je démissionnerai". Soit le rapport est positif et le blanchit... au nom de quoi il quitterait ses fonctions ? Le rapport sera un peu l'arbitre », a annoncé le soutien de Noël Le Graët.