EdF : Deschamps refuse, la pression Zidane est là !

EdF : Deschamps refuse, la pression Zidane est là !

Icon Sport

L'avenir de Didier Deschamps à la tête de l'équipe de France semblait acquis après le Mondial au Qatar. Mais une clause du contrat pose un énorme problème à la Fédération Française de Football et bloque l'accord.

A deux jours du réveillon du 31 décembre, Noël Le Graët et Didier Deschamps se sont rencontrés en Bretagne, comme cela avait été prévu après la finale de la Coupe du Monde perdue par la France contre l’Argentine. Mais aucune fumée blanche n’est sortie de ce rendez-vous entre le président de la FFF et celui dont le contrat de sélectionneur national s’est achevé au passage à l’an 2023. Si aucune information officielle n'a fuité de cette rencontre, l’optimisme semble de mise pour une reconduction de contrat de celui qui a mené Kylian Mbappé et ses coéquipiers au titre Mondial 2018 et à la finale 2022 au Qatar. Cependant, tant que rien n’est signé, le doute existe, surtout que l’ombre de Zinedine Zidane plane au-dessus de l'équipe de France, ce qui n’était pas le cas lors des dernières prolongations de contrat de Didier Deschamps. Et ce mercredi, le quotidien sportif affirme qu’un point vital bloque totalement une possible signature imminente.

Deschamps veut 2026 et pas 2024

Ce souci est lié à la durée du nouveau contrat du sélectionneur de l’équipe de France, lequel ne veut pas entamer la campagne de qualification pour l’Euro 2024 sans avoir la certitude que son engagement lui permettra ensuite d’aller jusqu’au Mondial 2026, DD n’ayant pas apprécié de devoir répondre à des questions sur son avenir à Doha. Didier Deschamps réclame donc de signer pour quatre ans de plus, ce qui pourrait porter son mandat à 14 ans, là où pour l’instant Noël Le Graët ne lui propose que deux ans de plus. Et selon Damien Degorre, si le patron de la Fédération Française de Football ne veut pas aller plus loin que deux ans, c’est que lui-même voit son mandat s’achever en 2014, sauf si d’ici là l’enquête en cours au sein de la FFF aboutissait à son départ de force, ce qui à priori n’en prend pas le chemin. Entre Deschamps et Le Graët il y a donc un point d’achoppement majeur, mais ce ne serait pas le seul.

Même si c’est moins « sérieux », Didier Deschamps a également exigé de celui qui devrait être de nouveau son patron que l’équipe de France fasse l’objet d’un traitement parfait, et pas de ce qui ressemble parfois à du bricolage. Même si le Mondial 2022 au Qatar n’a pas été aussi chaotique qu’en 2018 en Russie, il y a eu des bugs. A l’image du vol retour Doha-Paris pour la délégation tricolore au lendemain de la défaite face à l’Argentine de Lionel Messi, certains joueurs ayant voyagé en classe économique, car il n’y avait pas suffisamment de disponibilités en classe business. Si cela n’est pas l’affaire du siècle, Didier Deschamps estime que la FFF est encore parfois à la rue en matière d’organisation, alors que l’équipe de France lui rapporte des millions d’euros et contribue à l’image de notre football sur toute la planète. Autrement dit, le sélectionneur national n’a pas donné le feu vert à sa prolongation de contrat. Et l’hypothèse d’une annonce samedi prochain lors de la réunion du conseil fédéral est désormais bien illusoire, même si l’agent de DD, Jean-Pierre Bernès, a rendez-vous la veille avec Noël Le Graët

Toujours dans le quotidien L'Equipe, on apprend que le patron du football français et Didier Deschamps n'ont jamais abordé le sujet du salaire et des primes de ce dernier s'il reconduisait son contrat, le sélectionneur des Bleus n'étant pas focalisé sur ce sujet. Le suspense est donc toujours de mise concernant ce sujet important pour une équipe de France qui entamera la campagne de qualification pour l'Euro 2024 avec la réception des Pays-Bas dans un Stade de France archi-comble le 24 mars prochain. D'ici là, une solution devra être trouvée, qu'elle s'appelle Deschamps, ce qui semble probable, ou Zidane, ce qui serait une énorme surprise.