La Super League et l'UEFA, Naples frappe fort !

La Super League et l'UEFA, Naples frappe fort !

Icon Sport

Il y a quelques semaines, douze clubs européens ont tenté un coup de force qui a finalement fait un flop avec le projet de la SuperLigue.

L’objectif des clubs anglais, italiens et espagnols concernés était de s’affranchir de la Ligue des Champions de l’UEFA avec une ligue semi-fermée plus juteuse financièrement. Devant la protestation unanime des supporters, le projet a finalement été mis en stand-by deux jours seulement après sa création. Un flop monumental qui a soulagé les supporters mais également une partie des joueurs et des entraîneurs, dont certains n’ont pas hésité à prendre la parole pour critiquer le projet de la SuperLigue. Dans les colonnes de la Gazzetta dello Sport, le président napolitain Aurelio De Laurentiis a également critiqué le modèle que souhaitait mettre en place les douze clubs fondateurs.

Mais le patron de Naples est sulfureux, et il a ainsi profité de l’occasion pour également mettre une cartouche à l’UEFA. Autant faire d’une pierre deux coups, après tout. « Les clubs fondateurs faisaient une erreur avec la Superligue parce qu'ils voulaient devenir les principaux acteurs du système. En revanche, n'ont pas eu tort de déclarer que le football a fait faillite à cause des institutions.  J'ai démasqué Blatter et Platini. Je n'ai toujours pas pu me consacrer pleinement à l'assainissement total du football mondial » a lancé le président de Naples, critiquant très fortement la SuperLigue mais également les institutions telles que la FIFA ou encore l’UEFA, qui organisent les grandes compétitions mondiales et européennes comme l’Euro, la Ligue des Champions ou encore la Coupe du monde. Une interview durant laquelle le sulfureux Aurelio De Laurentiis a été fidèle à lui-même, tirant à tout-va sans pour autant proposer de solution concrète afin de rendre le football plus attractif et plus rentable tout en respectant ses valeurs historiques et celles de ses fans.