TV : La Ligue 1 dans l’anonymat avec Amazon ?

TV : La Ligue 1 dans l’anonymat avec Amazon ?

Icon Sport

La Ligue 1 reprend ses droits dans trois semaines et 80 % des matchs seront diffusés par Amazon sur sa plateforme Prime Vidéo.

Tandis que le flou est encore total sur la diffusion et le paiement du lot 3 par BeInSports ou Canal +, Amazon a dévoilé son plan de bataille pour la Ligue 1 il y a tout juste une semaine. 80 % des matchs du championnat de France seront disponibles pour 19 euros par mois sur la plateforme Prime Video Ligue 1. Pour l’heure, difficile de se faire un avis sur la diffusion du championnat de France par Amazon dans la mesure où le géant du e-commerce américain n’a pas encore eu l’occasion de faire ses preuves dans l’Hexagone avec du sport, hormis pour la diffusion des « night-sessions » de Roland Garros. Dans un édito à paraître ce lundi, Le Point s’inquiète toutefois de la faible exposition de la Ligue 1 avec une diffusion majoritairement sur Amazon.

« Pour quelques euros de plus – et encore, Amazon ne produisant pas les images du match, la Ligue se retrouve avec cette charge financière à assumer-, la LFP a fait le choix, une fois encore, de l’effacement. Au lieu de sécuriser la diffusion de son championnat avec deux acteurs, certes pingres, mais connus des fans de foot (Canal et beIN Sports), elle a préféré l’aventure. Une aventure risquée (sur le plan de l’exposition, pas sur le terrain financier) quand on voit le précédent d’Amazon avec le sport en France. Diffuseur des matchs de session de nuit de Roland-Garros, le géant américain est loin d’avoir fait le plein (moins de 100 000 téléspectateurs) et l’accès aux contenus sportifs a été plus que laborieux (un nombre de clics important avant de voir le match). Si on ajoute un prix finalement pas si éloigné de Mediapro (près de 19 euros contre 25 pour le groupe sino-espagnol), on a du souci à se faire quant à la promotion d’un championnat qui s’annonce excitant » souligne le média, pour qui Amazon apporte finalement à peine plus de garanties que Mediapro concernant l’exposition de la Ligue 1. Au géant américain de prouver dans les semaines à venir que les mauvaises langues se trompent.