OL – OM : Rien à signaler

OL – OM : Rien à signaler

Photo Icon Sport

Le choc de la 18e journée a accouché d’une souris. Face à des Marseillais peu tranchants, Lyon s’est contenté de tenir le 0-0 pendant 90 minutes très décevantes.

Peu d'enseignements pourront être tirés de ce choc au sommet en ce dimanche. Pendant 90 minutes, cette rencontre a été complètement dominée par les défenses des deux équipes, débouchant sur un 0-0 des plus logiques.

Comme souvent, choc au sommet a rimé avec première période cadenassé. Malgré un dispositif offensif impressionnant, avec notamment Valbuena, Zenden, Ben Arfa, Koné et Ziani alignés d’entrée, Marseille a surtout monopolisé le ballon, n’inquiétant que rarement un Hugo Lloris impeccable sur sa seule intervention décisive. Sur une remise de la tête de Zubar, Govou se trouait pour laisser Valbuena seul devant le portier lyonnais en angle fermé. La frappe en force du Marseillais était parfaitement repoussée par une main ferme (35e). Jusque-là, Lyon ne s’était montré dangereux que sur les inévitables coups de pied arrêtés de Juninho. Le Brésilien, après avoir trouvé deux fois les nuages, obligeait Mandanda à des parades réflexes (28e et 38e) devant un Jean-Alain Boumsong tout près de dévier le ballon à chaque reprise. C’en était tout pour cette première période plutôt fluide au niveau du jeu, mais très pauvre en situations dangereuses.


Au retour des vestiaires, malheureusement pour les 40.000 spectateurs présents, rien n’évoluait. Aucun changement n’était fait tant sur le plan tactique que dans la gestion du match, les Lyonnais se contenant bien souvent de rester en place derrière en attendant une éventuelle situation de contre qui ne venait pas. De son côté, Hatem Ben Arfa, copieusement sifflé par Gerland, était parfaitement muselé par une défense lyonnaise particulièrement attentive à son ancien feu-follet. La très légère pression lyonnaise dans les dernières minutes ne changeait rien à la donne, les deux formations devaient se contenter d’un 0-0 qui fait tout de même plus les affaires de l’OL, qui maintient ainsi ses trois poursuivants, Bordeaux, le PSG et Marseille, à trois longueurs à une journée de la trêve.