L1 : Un championnat de bourrins, Benedetto s'y met aussi

L1 : Un championnat de bourrins, Benedetto s'y met aussi

Photo Icon Sport

De manière régulière, la Ligue 1 est cataloguée comme un championnat très physique par les joueurs venant de l’étranger. A son tour, Dario Benedetto s’est exprimé en ce sens.

Avec 11 buts et 2 passes décisives depuis le début de la saison, l’Argentin s’est plutôt bien adapté à la Ligue 1 depuis son arrivée à Marseille. Toutefois, l’ancien attaquant de Boca Juniors n’a pas caché sa surprise devant la différence de niveau entre les défenseurs du championnat de France et ceux de la Primera Division en Argentine. « En Argentine on peut trouver des grands défenseurs forts mais lents. Ici ils sont grands, forts mais rapides aussi ! J’ai eu du mal au début » n’a pas caché au média La12Tuittera Dario Benedetto, pour qui l’adaptation à la Ligue 1 a été rapide avec un début de championnat canon… puis un énorme coup de mou.

La France très loin de l’Espagne et de l’Angleterre

Des défenseurs costaux, rugueux, parfois à la limite des règles. Ce n’est pas la première fois que la Ligue 1 est décrite ainsi par les joueurs venant de l’étranger. En septembre dernier, c’est Cesc Fabregas qui émettait un jugement globalement défensif sur la Ligue 1 dans les colonnes du quotidien madrilène AS. « La Premier League et La Liga sont sur une autre planète par rapport à la Ligue 1 » notait l’ancien meneur de jeu d’Arsenal et de Barcelone, qui évolue désormais à Monaco. « C'est une ligue très physique, avec beaucoup de coups, il n'y a pas de contrôle des matchs, ce sont des rencontres folles…. Je pense que tactiquement, cela peut beaucoup s’améliorer ».

Des critiques qui collent à la peau de la Ligue 1… et qui contribuent à la mauvaise réputation du championnat de France. Ces dernières années, des entraîneurs très joueurs tels qu’Olivier Dall'oglio, Julien Stéphan ou encore Christophe Galtier à Lille travaillent néanmoins pour que l’image de la Ligue 1 ne soit plus seulement celle d’un championnat physique, où le plus grand et le plus costaud aura toujours l’avantage. Mais il y a encore du travail afin que cela porte ces fruits.

La Ligue 1 destinée à rester un championnat physique ?   

Et ce n’est pas Sergi Darder, l’ancien milieu très technique de l’Olympique Lyonnais qui va dire le contraire, lui qui ne s’est jamais imposé en France malgré un talent évident et un style de jeu Liga-compatible. « Je crois que la Ligue 1 est un championnat très physique, mais c’est en Espagne que l’on propose le foot le plus technique. Le foot que j’aime le plus. J’avais envie de me tester encore une fois à ce niveau. La Ligue 1 sera toujours un championnat où le physique prévaut sur l’aspect technique. Pareil pour la Premier League, où plusieurs joueurs espagnols ou italiens ont exporté leur talent, qui sera toujours un championnat où le rythme est plus important que le talent » indiquait Sergi Darder à So Foot, fin 2018. Petit à petit, les mentalités évoluent en Ligue 1 mais de toute évidence, le chemin sera encore long avant de faire du championnat de France celui où le jeu prévaut et où les scores fleuves comme en Bundesliga ou en Liga sont fréquents.