L1 : Ça chauffe au conseil d’Etat, Aulas et la LFP s’embrouillent

L1 : Ça chauffe au conseil d’Etat, Aulas et la LFP s’embrouillent

Photo Icon Sport

C’est ce jeudi après-midi que l’OL et Amiens défendent leur recours déposé devant le conseil d’état sur l’annulation de la fin de la saison en France, et le mode de classement choisi.

Les débats ont débuté peu après 14h00, et le débat fait rage. La décision finale de la plus haute juridiction française sera ensuite rapide et non contestable. Résultat, Jean-Michel Aulas, remonté comme un coucou depuis des semaines, enchaine les attaques et assure qu’il est évident que le football peut reprendre.

« Oui, on peut reprendre. On peut trouver des diffuseurs pour finir la saison même si je lis l'inverse. Il est possible de reprendre sur le plan sanitaire, possible de décaler les dates du prochain championnat. L'Allemagne et l'Italie l'ont fait hier, le 12 septembre, avec l'aval de l'UEFA. Je me suis assuré auprès des dirigeants de Mediapro qu'il n'y avait pas de problème si la saison prochaine démarrait plus tard », a insisté le président de l’OL, repris de volée par l’avocat de la LFP, pour qui Aulas ne joue que pour sa pomme. « L'OL est le seul club professionnel à contester l'arrêt du championnat. En prétendant qu'il défend l'intérêt du football... L'argument de la perte de chance de participer à la C1 ? C'était déjà très mince au vu du classement. L'atteinte est donc à relativiser. Si on autorise la reprise de l'entraînement, c'est impossible d'avoir des matches avant mi-juillet. Tout cela serait un désordre considérable pour l'ensemble du foot pro. L'intérêt général est d'en rester à l'arrêt du foot. Le remède proposé par l'OL est bien pire que le mal qu'il cherche à dénoncer », a expliqué la LFP, pour qui l’heure n’est pas vraiment d’avoir raison sur le fond, mais de faire comprendre que reprendre la saison à l’heure actuelle est trop compliqué…

Et au passage, quand Didier Quillot a rappelé qu’il avait voté pour l’annulation de la saison chez les amateurs au sein du comité exécutif de la FFF, il s’est fait reprendre au passage par le président de l’OL. « Didier Quillot est encore jeune dans sa fonction. Il ne perçoit pas toujours les différences entre les mondes amateur et professionnel », a persiflé le président de l’OL, bien décidé à ne rien lâcher dans ce qui ressemble au dernier combat sur ce sujet.