Droits TV : Al-Khelaïfi choque Jonathan MacHardy

Droits TV : Al-Khelaïfi choque Jonathan MacHardy

Icon Sport

BeInSports a officiellement lancé une procédure à l’encontre de Canal + afin que la chaîne cryptée paie et diffuse les deux matchs du lot 3, comme le prévoit le contrat de sous-licence signé en 2018.

Le feuilleton des droits TV de la Ligue 1 est loin d’être terminé. Tandis que le géant Amazon diffusera 80 % des matchs du football français la saison prochaine, le flou est toujours épais sur deux matchs de Ligue 1 par week-end. Il s’agit des matchs du fameux lot 3, détenu par BeInSports pour 330 ME mais sous-licencié en 2018 à Canal +. La chaîne cryptée refuse de payer et de diffuser ces deux matchs, mécontents du prix payé tandis qu’Amazon a raflé huit matchs par week-end pour seulement 250 ME. Mais de son côté, BeInSports fait valoir ses droits et estime que Canal + n’a pas d’autre choix que de payer, comme le prévoit le contrat de sous-licence. Tout va se régler devant le tribunal de Nanterre, qui doit rendre son jugement ce vendredi. Sur l’antenne de RMC, Jonathan MacHardy s’est exprimé au sujet de cette guerre politique sur fond de droits TV de la Ligue 1.

Et pour le consultant de l’After Foot, la position de Nasser Al-Khelaïfi, à la fois président de BeInSports et du Paris Saint-Germain, est difficilement tenable. « La vraie conclusion à tirer de tout ça, c’est que la Ligue a été négligente. Encore une fois, il y a une absence de vision dans le moyen terme au moment de décider de la commercialisation des droits TV de nos chers clubs de Ligue 1. Encore une fois, je pense que les prix sont complètement décorrélés de la réalité de la valeur marchande du produit, à savoir la qualité des matchs, la qualité des joueurs et la qualité des équipes de Ligue 1. Je pense en revanche que Canal + essaie de mener une politique dangereuse de terre brûlée. Et il y a quelque chose qui me choque, c’est la position de BeInSports et le double jeu de Nasser Al-Khelaïfi, à la fois président de BeInSports et à la fois président d’un club qui attend de recevoir un petit peu d’argent. Je pense qu’il y a toujours eu une sorte de conflit d’intérêt, il a toujours eu le cul entre deux chaises et la je trouve que cela fait tâche » a lancé Jonathan MacHardy, qui se demande comme tous les observateurs de la Ligue 1 comment va se terminer ce feuilleton à rebondissement des droits TV du foot français.