Esp : Menacé au Real, Ancelotti préfère en rire

Esp : Menacé au Real, Ancelotti préfère en rire

Leader de Liga et proche du dernier carré de la Ligue des Champions, Carlo Ancelotti reste sous la menace. Notamment à cause de la déroute dans le Clasico, l’entraîneur du Real Madrid est annoncé en danger. Une situation que l’Italien aborde avec sérénité.

Au Real Madrid sans doute plus qu’ailleurs, un entraîneur peut subir les foudres de la direction à tout moment. La Maison Blanche est effectivement connue pour son exigence au niveau des résultats et du jeu pratiqué. Il n’était donc pas surprenant de voir Carlo Ancelotti sous la menace après l’humiliation vécue dans le Clasico à domicile (0-4) le 20 mars dernier. Des noms de potentiels successeurs sont vite apparus. Et selon certaines sources, une fin de saison en dessous des attentes pourrait lui coûter cher.

Pas de quoi affecter la sérénité de l’Italien, imperturbable face aux journalistes espagnols. « J'ai la chance d'avoir beaucoup d'équilibre et de tranquillité. J'ai eu de la chance dans la vie. Heureusement, j'ai eu le Covid dans la bonne période, je me suis isolé chez moi et je n'ai rien écouté, a plaisanté Carlo Ancelotti au sujet des rumeurs. Un entraîneur ne se démarque que lorsqu'il perd. Il peut faire les bons ou les mauvais choix, mais il faut aussi inclure les joueurs. Si les résultats ne sont pas bons, c'est seulement la faute de l'entraîneur... »

« Je dois l'accepter, surtout en tant que coach du Real Madrid. C'est le meilleur endroit au monde. Il faut accepter ces critiques, c'est normal, a-t-il reconnu. Le problème, ce sont les critiques quand tu entraînes des équipes qui ne sont pas aussi grandes que le Real Madrid. Gagner la Liga pour rester la saison prochaine ? A la fin de la saison, le club fera une évaluation sur mon travail et prendra une décision. Je profite chaque jour de cet environnement et de ce travail. » En 2015, Carlo Ancelotti avait été viré par le Real un an après avoir remporté la dixième Ligue des Champions du club. Un épisode que le technicien n’a sûrement pas oublié.