OM : Payet joue avec les nerfs de Longoria

OM : Payet joue avec les nerfs de Longoria

Lié à l’Olympique de Marseille jusqu’en 2024, avec une possibilité de reconversion au sein du club phocéen, Dimitri Payet possède un contrat qui déplait à Pablo Longoria. Et malheureusement pour le président olympien, le milieu offensif n’a pas prévu de partir.

Dimitri Payet aura des choses à prouver pendant la deuxième partie de saison. Remplaçant avant la trêve internationale, le milieu offensif de l’Olympique de Marseille va tenter de gagner les faveurs du coach Igor Tudor. Mais aussi celles de Pablo Longoria qui n’apprécie pas le contenu de son contrat. Pour rappel, le précédent président Jacques-Henri Eyraud lui avait offert un bail jusqu’en 2024, avec une possibilité de reconversion au sein du club phocéen.

L’Espagnol, lui, se verrait bien pousser Dimitri Payet vers la sortie. Mais le capitaine ne sera pas facile à convaincre. « Hors de question de partir ? Exactement, a répondu Dimitri Payet à La Provence. Même s’il y a des sollicitations, un peu de tout, j’ai dit et je redis que je ne veux pas partir. Je veux rester ici, terminer ici. Même si c’est compliqué, le challenge est excitant pour les années qui me restent et je compte bien le relever. »

Payet ne compte pas bouger

« Aujourd’hui, je ne me vois pas ailleurs. Je suis bien, ma famille aussi. On a trouvé notre équilibre. Je cherche même à construire ma maison ici, a confié l’ancien Nantais. Après, j’ai quatre enfants, si on doit bouger un jour, ce sera grâce ou à cause de l’un d’entre eux. » Reste à savoir si le milieu de 35 ans aura la condition physique nécessaire jusqu’à la fin de son bail. Pour le moment, Dimitri Payet ne voit aucun signe inquiétant.

« C’est le corps qui le dira. Quand on arrive à cet âge, seul le corps peut dire si on peut continuer ou pas. Si j’ai de la chance d’être toujours sur le terrain, c’est que le corps répond encore. J’arrive à être performant. Quand tu passes plus de temps à l’infirmerie que sur le terrain, à un moment donné, il faut savoir s’arrêter. Ce n’est pas quelque chose qui me trotte dans la tête », a rassuré le « Marseillais à vie ».