OM : Longoria attaqué, ses « magouilles » agacent à Marseille

OM : Longoria attaqué, ses « magouilles » agacent à Marseille

Icon Sport

Cet été, Pablo Longoria a encore été très actif lors du mercato en recrutant 12 nouveaux joueurs à l’OM. Mais certains ne sont pas fans des méthodes du président marseillais.

Globalement, les choix effectués par Pablo Longoria font l’unanimité chez les supporters de l’Olympique de Marseille. Il faut dire que les décisions prises lors de ce mercato sont pour l’instant validées par l’excellent début de saison de l’équipe d’Igor Tudor, qui cumule cinq victoires et un match nul en six matchs de Ligue 1. Mais si au rayon sportif tout va bien, dans les coulisses, Pablo Longoria est parfois chahuté. Il faut dire que les méthodes de l’Espagnol en période de mercato laissent pas mal d’agents sur le carreau, ce qui ne manque pas d’agacer selon Romain Molina, lequel s’est exprimé à ce sujet dans sa dernière vidéo sur YouTube. L’occasion pour le journaliste d’évoquer l’épineuse gestion des cas Boubacar Kamara et Bamba Dieng.

« Longoria me fait penser à Leonardo au PSG »

« Longoria est un excellent communiquant. On est susceptible de croire les gens, moi le premier. Quelqu’un qui s’exprime en vidéo peut vous raconter tout ce qu’il veut. Longoria me fait penser à Leonardo lorsqu’il était au Paris-Saint-Germain. Beaucoup d’agents n’en peuvent plus ! Certains ont écrit au club, d’autres ont écrit à des dirigeants. Ils expliquent les magouilles de Longoria pour remplacer les agents. Le dossier Kamara est folklorique, on pourrait parler une heure dessus. C’est un exemple parfait de ce qu’il ne faut pas faire pour ceux qui travaille dans le monde du football. Pour Bamba Dieng, il y avait des dizaines de personnes concernées. C’est souvent les mêmes qui récupèrent. Longoria connaît très bien le football et la communication mais c’est un businessman » a expliqué le journaliste, pour qui il ne vaut mieux pas savoir toutes les coulisses d’un mercato géré par Pablo Longoria, lequel a fait le ménage comme rarement au niveau des agents depuis le début de son mandat de président à Marseille.