OM : Cuisance et Luis Henrique, rendez-vous au resto

OM : Cuisance et Luis Henrique, rendez-vous au resto

Trois passes décisives pour l'un, deux buts pour l'autre, Luis Henrique et Michaël Cuisance ont bien profité du temps de jeu offert par le nouvel entraîneur de Marseille Jorge Sampaoli, qui comptera sur les deux ressuscités samedi à Nice en Ligue 1 (17h00).

Ce ne sont que deux bouts de match, mais ils pourraient peser lourd dans la fin de saison de l'OM, relancé par le milieu de terrain français et l'ailier brésilien, deux joueurs qui avaient disparu de la circulation à la fin de l'ère André Villas-Boas et pendant l'intérim de Nasser Larguet. Face à Rennes, pour le premier match en France de Sampaoli, le but de la victoire (2-1) a été inscrit à la 88e minute par Cuisance, à peine entré, sur un centre de Luis Henrique, lui aussi sur le banc au coup d'envoi. Bis repetita trois jours plus tard face à Brest, puisque le score était de 1-1 quand les deux jeunes oubliés sont entrés en scène. Déchaîné, le Brésilien a donné deux passes décisives, la première pour Thauvin et la deuxième pour Cuisance, de nouveau buteur d'une belle volée du gauche, un geste débarrassé des doutes et du manque de confiance qui ont pourri la saison du joueur prêté par le Bayern Munich. « J'étais en manque de confiance, oui, on ne va pas se le cacher. Ça s'est vu. Mais je n'ai pas douté de mes qualités. Le premier but m'a donné confiance, le deuxième en ajoute encore », a expliqué vendredi l'ancien Strasbourgeois en conférence de presse.

« Problèmes personnels »

« Je suis très exigeant avec moi-même et j'ai mal vécu cette période. Je n'arrivais pas à faire ce que je sais faire et ça m'a beaucoup affecté », a ajouté Cuisance, qui a après des débuts plutôt prometteurs a effectivement traversé sa saison à coups d'entrées en jeu neutres ou franchement ratées. Alors qu'il a parfois semblé en grande difficulté sur le plan physique, le jeune milieu de terrain (21 ans) a avancé vendredi des « problèmes personnels » pour expliquer ces mois de brouillard. 

« J'ai dû régler certaines situations, je n'étais pas totalement focus sur le foot. Maintenant tout est rentré dans l'ordre et avec ces deux buts, tout va mieux », a-t-il ajouté, mettant aussi en avant le rôle de Sampaoli. « Son arrivée a été un déclic. Avec tout ce qui s'est passé, il y a eu beaucoup de pression autour du club. Mais le foot est de nouveau au cœur du projet du club. Le coach est plein d'énergie, son staff aussi, et ça nous en donne », a expliqué Cuisance.

Apprentissage

Le technicien argentin, lui, voit en Cuisance « un grand potentiel », mais reconnaît que « sa meilleure position n'est pas encore très claire ». Relayeur, N.10, sentinelle, Cuisance a évolué un peu partout au milieu de terrain mais doit encore, selon Sampaoli, « apprendre à jouer avec ses équipiers, à faire équipe, à s'intégrer à un collectif ». Le diagnostic avait déjà été posé par Villas-Boas et Larguet, épatés par les qualités individuelles du joueur mais en difficulté à l'heure de l'insérer dans les circuits collectifs.

Luis Henrique est lui aussi en apprentissage. Avant ses trois passes décisives en une semaine, le Brésilien de 19 ans avait montré sur quelques éclairs qu'il avait des qualités, mais aussi pas mal de lacunes à combler. « Il a beaucoup de potentiel. C'est un ailier typique, avec une grande vitesse ballon au pied, a résumé Sampaoli vendredi. Mais il doit améliorer son jeu de passes et comprendre qu'il est dans un football où il va trouver des joueurs aussi rapides que lui. » Gâté par les deux caviars du Brésilien, Cuisance ne pouvait quant à lui qu'être élogieux envers son passeur. « C'est un très bon joueur. Il a du talent, il travaille beaucoup et il a un bel avenir devant lui », a jugé l'Alsacien. « Et après le Covid, je l'invite au restau pour les deux ‘passes dé’ »

Rédaction (avec AFP)