EdF : Une soirée tourne mal, Rami a flippé de se faire « virer »

EdF : Une soirée tourne mal, Rami a flippé de se faire « virer »

Photo Icon Sport

Après la victoire contre l’Argentine en 8e de finale de la Coupe du monde (4-3), les joueurs de l’Equipe de France ont vécu une soirée très mouvementée.

Une soirée lunaire racontée par Adil Rami sur le plateau du Mag de TF1. Si tout s’est (heureusement) bien terminé pour les champions du monde 2018, le défenseur central de l’Olympique de Marseille a avoué qu’il avait eu peur de se faire « virer » par le staff de Didier Deschamps à cause d’un acte dont il ignorait les conséquences…

« On était une quinzaine à rentrer d’un restaurant. Je me suis mis dans ma chambre avec mon casque, et nu. Je jouais à Fortnite. Les autres chantaient dans le couloir et faisaient chambre par chambre. Ils réveillaient ceux qui dormaient. Ils tapaient dans la chambre de Steve (Mandanda) et chantaient des chants de supporters. Et là, je sentais la tempête arriver vers moi. Dès qu’il y en a un qui avait le malheur d’ouvrir sa porte de chambre, ils retournaient le lit et tout. Il s’avère que moi j’avais pris un extincteur dans ma chambre. On ne sait jamais, sécurité. C’est des gamins, on ne sait jamais. Et là il y a Benjamin (Mendy) qui botte la porte de ma chambre avec son pied. Il me dit « non c’est juste pour savoir ce que tu fais ». Et là il fait : « oh les gars, on fout le bordel dans la chambre d’Adil Rami ». Je suis parti en courant, j’ai dégoupillé l’extincteur et là quand ils sont rentrés : Ghostbuster ! » a-t-il confié, mort de rire, avant d’expliquer la suite, moins drôle.

« La fumée de l’extincteur nous piquait la gorge. La sécurité nous a dit que c’était toxique et tout l’hôtel a été évacué. Dehors, j’ai croisé Didier Deschamps et j’ai baissé les yeux. A ce moment-là, je me suis dit que j’étais dans la mer… et j’ai vraiment eu peur de me faire virer » a expliqué le natif de Fréjus. Heureusement, tout cela s’est bien terminé. Et on peut désormais raconter cette anecdote avec le sourire, les Bleus ayant décroché leur deuxième étoile au terme d’un magnifique parcours.