FCGB : Pour le maintien, Gasset sacrifie le beau jeu de Bordeaux

FCGB : Pour le maintien, Gasset sacrifie le beau jeu de Bordeaux

Icon Sport

A la lutte pour le maintien des Girondins en Ligue 1, Jean-Louis Gasset tente désespérément de trouver des solutions. Avant la réception du Stade Rennais dimanche, l’entraîneur envisage un changement de philosophie de jeu.

Malgré la situation de Bordeaux, qui a perdu son actionnaire King Street, Jean-Louis Gasset doit rester concentré sur le sportif. Le coach des Girondins a suffisamment de problèmes à régler dans son vestiaire et sur le terrain, lui qui lutte pour maintenir son équipe en Ligue 1. Reste à savoir si le technicien n’a pas déjà activé tous les leviers pour provoquer la réaction tant attendue.

Jean-Louis Gasset n’en est pas persuadé et pense que des ambitions à la baisse dans le jeu pourraient aider ses joueurs. « Il y a deux choses. La première, c'est la philosophie de jeu, a expliqué l’ancien adjoint de Laurent Blanc en conférence de presse. Quand on a une équipe qui n’est pas en confiance, peut-être que j’accentue trop la sortie de balle, le beau jeu. Et on n’y arrive pas parce que premièrement, on a perdu des joueurs majeurs. On a réussi dans des matchs, il nous semble que c’est il y a longtemps, alors que c'était il y a trois mois. »

Gasset perd patience avec certains joueurs

« Peut-être qu'il faut changer de philosophie, pour avoir un jeu direct et enlever le soucis à certains de sortir le ballon de derrière. On n'a peut-être pas les joueurs derrière ou au milieu pour techniquement nous reposer. Il faut peut-être s’attendre à quelque chose de plus traditionnel dimanche, a prévenu Jean-Louis Gasset, lassé par plusieurs cadres. La deuxième des choses, c’est de mettre du sang frais. Mon seuil de confiance a été atteint par certains joueurs. Je pense que ce sont les bons joueurs, mais quand on a l’inquiétude et la peur, on ne peut pas jouer. » Alors que le jeu n’était déjà pas flamboyant, le contenu avec des jeunes lancés dans l’urgence s’annonce inquiétant.