FCGB : Bordeaux en Ligue 1, les fans en demandent trop

FCGB : Bordeaux en Ligue 1, les fans en demandent trop

Surclassés à Strasbourg (5-2) mercredi, les Girondins de Bordeaux occupent la place de barragiste avant la 17e journée de Ligue 1. De quoi provoquer la colère des supporters que l’ancien coach aquitain Elie Baup juge trop impatients.

A ce rythme, le maintien sera difficile à obtenir pour Bordeaux. Les Girondins, humiliés à Strasbourg mercredi, ne comptent que deux petites victoires en 16 matchs de Ligue 1. Difficile de faire mieux pour la pire défense du championnat (37 buts encaissés) qui s’apprête à défier des équipes comme l’Olympique Lyonnais, Lille, l’Olympique de Marseille ou encore le Stade Rennais dans les prochaines journées. Autant dire que l’actuel barragiste ne rassure pas ses supporters inquiets à l’idée de voir leur équipe descendre en Ligue 2.

Le public du Matmut Atlantique commence logiquement à s’impatienter. Alors que l’ancien coach des Marine et Blanc Elie Baup, lui, conseille aux fans de se montrer patients. « Il n'y a pas la relève des jeunes au centre de formation pour mener un élan sportif et à la fois représenter un capital pour le club, a constaté le technicien sur le site du Figaro. La situation à la fois sportive et financière est assez complexe. Aujourd'hui on ne peut pas parler d'Europe ou de ce qu'étaient les Girondins dans un passé récent. Il faut accepter ça et savoir comment on travaille sur le fond, pour avoir une identité. »

Du temps pour Gérard Lopez

« Peut-être avec le centre de formation, avec des jeunes recrues ? C'est un travail de fond, ce n'est pas simple. Les gens ne voient que le résultat immédiat. Concilier les deux, c'est compliqué. Les gens voudraient des résultats immédiats, mais ce n'est pas possible », a tempéré Elie Baup. Il est vrai qu’après sa prise de pouvoir cet été, le président et propriétaire Gérard Lopez n’est qu’au début de son projet. Le fruit de son travail et de ses investissements pourrait intervenir un peu plus tard. Le problème, c’est que le dirigeant avait ciblé la première partie de tableau. Un objectif quasiment hors d’atteinte avant la mi-saison.