Bordeaux : Une casserole XXL sort sur Gérard Lopez

Bordeaux : Une casserole XXL sort sur Gérard Lopez

Icon Sport

Candidat au rachat des Girondins de Bordeaux, l’homme d’affaires luxembourgeois Gérard Lopez a laissé un souvenir contrasté à Lille.

Sur le plan sportif, son travail a permis au LOSC de décrocher un titre de champion de France, ce qui n’a évidemment pas d’égal. Financièrement, c’est toutefois beaucoup moins rose, raison pour laquelle Gérard Lopez a été éjecté par Eliott il y a six mois. Dans un communiqué officiel relayé par Sacha Tavolieri sur Twitter, la société Scoutly Limited, qui appartient à Gérard Lopez, a balancé du lourd sur l’ancien patron du LOSC. Les salariés se plaignent tout simplement de ne plus être payés depuis six mois, ce qui laisse pantois sur les finances de Gérard Lopez, dont le projet figure dans la finale à quatre pour racheter les Girondins de Bordeaux.

« La société anglaise, présidée et uniquement détenue par M. Gérard Lopez, Scoutly forme une équipe de scouts unie et solidaire. Mais elle n’a plus été payée depuis six longs mois et se sent aujourd’hui manipulée. Elle possède des preuves écrites, conversations, accords tacites, impliquant M. Lopez dans la négociation du règlement des salaires impayés. Pourtant, toujours aucune résolution à ce jour. L’équipe Scoutly en a déjà informé les instances juridiques et est enclin à les présenter à la presse, si une solution n’est pas trouvée rapidement. L’équipe Scoutly doit-elle rappeler que le LOSC est, depuis 2016, le club a qui le solde positif le plus élevé sur le marché des transferts en Europe ? Que le club a réalisé près de 200 ME de plus-values sur les transferts en cinq ans ? Qu’il a vendu pour 500 ME sur le marché ? Et que la majeure partie des joueurs présents dans l’effectif et sacrés il y a quelques semaines a été supervisée et recrutée grâce aux efforts de seulement quelques scouts sous la direction de Luis Campos. Outre la reconnaissance, le respect et la dignité du travail accompli, l’équipe Scoutly réclame ce qui lui est dû » exigent les salariés de Gérard Lopez dans un communiqué qui ne fera pas les affaires de l’homme d’affaires luxembourgeois au vu du timing.