EdF : Karim Benzema, ce qu’il pensait de la France

EdF : Karim Benzema, ce qu’il pensait de la France

Icon Sport

Arrivé chez les Bleus avec le statut de Ballon d’Or et l’ambition de remporter la Coupe du monde, Karim Benzema n’a pas joué une seule minute en Coupe du monde. Le décalage entre sa vision des choses et sa réelle place en équipe de France est terrible. 

Ballon d’Or sous le bras, Karim Benzema devait être l’un des fleurons de l’impressionnante attaque de l’équipe de France au Qatar. Le buteur du Real Madrid sortait d’une saison époustouflante, et avait même enchainé avec des premiers mois encore convaincants, au point d’empêcher son club de recruter un numéro 9 en raison de sa longévité, de sa régularité et de sa capacité à enchainer les matchs. Mais tout s’est écroulé pendant l’automne, avec une blessure qui a brutalement brisé son élan. 

La blessure fatale de Benzema

Arrivé amoindri à Doha, KB9 n’a jamais pu retrouver tous ses moyens. Ménagé lors des premiers entrainements, il semblait proche d’un retour en forme. Mais un incroyable méli-mélo a fait capoter sa Coupe du monde. Tout d’abord, il a repris un peu précipitamment, Didier Deschamps tenant absolument à ce que son groupe soit au complet avant le premier match face à l’Australie. Résultat, Benzema s’est à nouveau blessé mais à son autre cuisse. Et dans la foulée de ce pépin, il a été renvoyé chez lui alors que, selon les avis médicaux, il aurait pu être conservé dans le groupe et revenir pour la phase finale de la Coupe du monde. 

De quoi provoquer une énorme polémique en France, où le cas Benzema divisait déjà avant cela, puisque les Bleus ont été champions du monde sans lui en 2018. Mais pour le joueur formé à l’Olympique Lyonnais, la claque a été énorme, et l’incompréhension majuscule, à l’image de ses messages postés ensuite sur les réseaux sociaux, et qui montraient clairement son agacement de suivre le Mondial à distance. Sur La Chaine L’Equipe, le consultant Eric Blanc est revenu sur cette situation incroyable, et a notamment souligné la déception du « Nueve » de voir que Didier Deschamps et les Bleus préféraient continuer sans lui, alors que Benzema se voyait comme un leader incontournable de l’équipe de France. Avec donc des efforts et des concessions à faire pour le garder coûte que coûte dans le groupe. 

Benzema avec les Bleus sur un pied, il y croyait

« Je pense que comme Messi ou Neymar, on aurait pu le garder jusqu’au bout. C’est le Ballon d’Or quand même. Je ne sais pas s’il aurait joué en huitièmes, en quarts ou en demi. On me dit que c’est impossible d’imaginer ça dans un groupe, qu’il aurait gêné, qu’il fallait se concentrer, mais on parle du Ballon d’Or. La lune de miel entre Benzema et Deschamps, elle a duré un an et demi. Là, leur relation s’est crashée. Ils ne vont plus se reparler. Moi, je fais confiance au doc. Mais quand je vois qu’il a repris l’entraînement à Madrid…. Platini a joué blessé, Zidane a joué blessé, ces mecs de top niveau ne seraient jamais partis de la Coupe du monde. On aurait pu attendre jusqu’au dernier jour. Même s’il y avait Mbappé, il se voyait comme Messi, comme Neymar, comme la tête de gondole. Et il s’imaginait qu’on le garderait jusqu’au bout, même en chaise roulante, même pour rentrer 10 minutes à la fin », a confié Eric Blanc, histoire de faire comprendre que Benzema espérait clairement un traitement de faveur, ou au minimum plus de considération de la part de son sélectionneur. Mais Didier Deschamps a été sans pitié, et en voyant que « DD » allait être prolongé après la finale de la Coupe du monde, KB9 a immédiatement décidé de prendre sa retraite internationale pour mettre un terme à cette histoire qui se termine sur une note très décevante.