EdF : Deschamps ou Zidane, Dugarry retourne déjà sa veste

EdF : Deschamps ou Zidane, Dugarry retourne déjà sa veste

Icon Sport

Jeudi dans L’Equipe, Christophe Dugarry ne cachait pas son envie de voir Zinedine Zidane remplacer Didier Deschamps à la tête de l’Equipe de France.

« Je ne cache pas que je préférerais que ce soit "Zizou", j'ai envie de voir autre chose. Deschamps, j'entends ce qu'il dit, mais on ne peut pas dire que l'équipe de France appartient à tout le monde et la garder pendant douze ans » a notamment lancé Christophe Dugarry, qui aimerait voir autre chose en Equipe de France et qui serait ravi de la nomination de son ami Zinedine Zidane en lieu et place de Didier Deschamps. Reste que pour l’heure, la tendance est plutôt à une prolongation du sélectionneur actuel, possiblement jusqu’à la Coupe du monde 2026. Didier Deschamps rencontrera Noël Le Graët la semaine prochaine afin d’évoquer cette prolongation qui ne fera donc pas que des heureux. Mais sur la Chaîne L’Equipe, Christophe Dugarry a tempéré ses propos au sujet de l’entraîneur de l’Equipe de France.

Dugarry tempère ses propos sur Deschamps

« Sur son bilan, Deschamps mérite de rester en sélection. En quatre ans, quand tu gagnes la Coupe du Monde en 2018 et que tu fais une finale, même avec 80 minutes horribles et que le contenu des matches n’est pas extraordinaire, pourquoi pas, je m’en fiche. Zidane ou Deschamps, ce n’est pas le sujet. Ce n’est pas mon sujet, je ne veux pas rentrer dans ce débat. Comme Raymond Domenech l’a expliqué, ça bouffe le message que j’ai envie de faire passer. Je ne suis pas là en commando pour Zinédine Zidane ou contre Didier Deschamps. Je me fiche de ça. Si Deschamps veut rester, c’est son problème. Je veux juste lancer un débat et j’espère que l’on aura droit à des explications sur le foot dans les semaines à venir » a tempéré Christophe Dugarry, conscient d’avoir été sans doute un peu trop loin au moment de dire que Didier Deschamps prenait en otage l’Equipe de France en restant à la tête de la sélection pendant plus de dix ans. Un petit mea-culpa que le sélectionneur tricolore appréciera, même si le fond de la pensée de « Duga » ne change pas.