EdF : Ce que Didier Deschamps ne dit jamais à ses joueurs

EdF : Ce que Didier Deschamps ne dit jamais à ses joueurs

A un mois du lancement de l’Euro 2021, Didier Deschamps a déjà sa liste en tête. Il la donnera le 18 mai prochain, avec le droit de rajouter trois noms pour arriver à 26 joueurs, comme l’autorise l’UEFA en raison de la situation sanitaire.

Des choix forts, pour un groupe soudé, la priorité du sélectionneur national depuis sa prise de fonctions après l’Euro 2012. Jusqu’à présent, cela lui a toujours réussi, avec une montée en puissance spectaculaire, et un titre de champion du monde deux ans après une défaite en finale de l’Euro, à domicile face au Portugal. Un évènement dont Didier Deschamps s’est servi pour bien préparer les grandes épreuves qui ont suivi, comme il le confie dans un entretien à l’AFP. 

« Cela nous a servi deux ans après, surtout pour mieux gérer l'événement qu'est une finale de grande compétition. Le côté émotionnel est important : plus on connait de finales, plus les situations se répètent. C'est surtout important pour désacraliser l'événement même si c'est difficile, parce que ça reste le top du top », a souligné le sélectionneur des Bleus, qui a fait un aveu inattendu. En effet, malgré son passé de joueur, de champion du monde et d’Europe et de vainqueur de la Ligue des Champions, Didier Deschamps ne fait jamais référence à sa carrière auprès de ses joueurs. La raison peut s’entendre, même si cela donne un coup de vieux à tout le monde. 

« Ce n'est pas leur vie, c'est la mienne. C'est un autre temps. Pourquoi y faire référence ? Les références, c'est aujourd'hui. Si quelque chose a été bien fait dans le passé, est-ce que cela peut se répéter ? Ce qui a été fait, personne ne pourra l'enlever, mais le plus important c'est ce qu'il y a à faire. On a toujours trop tendance à vouloir comparer. C'était une autre époque, certains n'étaient pas nés… », a rappelé Didier Deschamps, persuadé qu’il faut séparer les choses et ne pas vouloir faire de comparaisons entre les générations. En tout cas, la génération championne du monde aura aussi l’occasion de rentrer dans l’histoire si jamais elle venait à être sacrée championne d’Europe, dans deux mois à Wembley.