OL-PSG : Winamax craque face au chantage, des millions étaient en jeu

OL-PSG : Winamax craque face au chantage, des millions étaient en jeu

Photo Icon Sport

Winamax a décidé de supprimer son fameux tweet provocateur, qu'il a assumé devant 48 heures avant de s'aplatir devant les menaces sur ses paris sportifs. 

« On prend l’Europe et on l’encule à deux ». Avec ce message volontairement provocateur faisant référence à un titre du groupe de rap PNL, Winamax avait fait un gros buzz ce dimanche pour souligner l’improbable présence de deux clubs français en demi-finales de la Ligue des Champions. Des propos qui avaient fait réagir la classe politique et notamment la Ministre des Sports Roxana Maracineanu ou la ministre déléguée de l’Intérieur Marlène Schiappa. Au lendemain de cette soirée un peu folle sur les réseaux sociaux, les choses ne se sont pas arrêtées là. Olga Givernet, députée de l’Ain, a écrit dès lundi au Premier Ministre pour s’offusquer du refus de la société de paris sportifs de supprimer son message, l’accusant ainsi de surfer sur le buzz des propos homophobes pour « maximiser ses profits ».

Cette lettre adressée à Jean Castex a visiblement provoqué des secousses chez Winamax, qui a décidé d’obtempérer en supprimant le message en question. « Nous supprimons immédiatement notre tweet "choquant", "abject" et insupportable », a ainsi fait savoir la société de paris sportifs, qui a bien pris la peine de prendre des guillemets pour souligner les mots très forts employés par la Députée dans sa missive. Dans cette lettre, Olga Givernet demandait tout de même à ce que l’ARJEL suspende l’autorisation donnée à Winamax de proposer des paris sportifs notamment pour les demi-finales et la finale de la Ligue des Champions, ce qui a certainement du faire réfléchir la société parisienne. Pour les prochaines rencontres, des paris énormes sont attendus en France en raison de la présence de l'OL et du PSG.