Foot : Il accuse clairement la VAR de « pourrir le football »

Foot : Il accuse clairement la VAR de « pourrir le football »

Photo Icon Sport

Pour la première fois de l'histoire, la VAR était utilisé en Ligue des champions à l'occasion des premiers matches des huitièmes de finale, et la première décision prise par le dispositif a été d'annuler un but en faveur de l'Ajax Amsterdam, qui pensait avoir ouvert le score face au Real Madrid. Pour Pierre Adrian, écrivain amateur de cyclisme et de football, qui collabore notamment avec SoFoot, le Figaro littéraire et L'Equipe Magazine, cette assistance vidéo aux arbitres est une colossale erreur.

Et l'auteur français de dire pourquoi il déteste la VAR. « Je pense que la vidéo est en train de pourrir le football. Elle a ajouté de l’imperfection à un jeu parfait. Elle veut assouvir une mauvaise soif de justice, soigner la maladie de l’égalité. Dans une interview, Vikash Dhorasoo disait très justement : « Ça fait partie de la vie tout ça, et l’histoire du gendarme et du voleur a toujours existé. Si on va plus loin, c’est même une question éducative. Si tout est réglé par la vidéo, moi, à la maison, est-ce que je peux encore dire à mes enfants : fais pas ci, fais pas ça ? » Oui, a-t-on pensé aux arbitres sur les terrains de foot amateur ? La vidéo les délégitime. Elle remet en cause l’autorité. Et il y a plus grave encore. Le coup de sifflet de l’arbitre incarne la réalité. Raphaël Verchère, docteur en philosophie, fait ainsi remarquer dans le magazine Supersub que l’arbitre, pour vérifier lui-même la vidéo, quitte le terrain. Il le quitte au sens propre et au sens figuré. Il quitte la réalité. « Quoi ? L’arbitre n’a pas vu ce que nous avons vu ? Qu’il se mette donc à notre place. Pas celle du joueur, ni du spectateur, mais celle du téléspectateur. » Le VAR est un symptôme de nos maladies. L’hyperréalité remplace la réalité. Et la vérité est devenue une opinion. Je me dresserai toujours contre la vidéo. Car en football, je choisis la beauté à la justice », écrit Pierre Adrian dans une chronique ce samedi.