L'ASSE colle un sale tacle à Gradel en guise d'adieu

L'ASSE colle un sale tacle à Gradel en guise d'adieu

Photo Icon Sport

Le transfert de Max-Alain Gardel est désormais définitivement acté, l’AS Saint-Etienne ayant envoyé le dernier document réclamé par Bournemouth. Ce dossier étant bouclé, les dirigeants des Verts ont quand même tenu à mettre un point final à la polémique initiée par l’attaquant ivoirien au sujet des conditions financières de son transfert vers le club de Premier League. Et c’est à travers un communiqué officiel que l’ASSE a soldé le compte de Max-Alain Gradel.

« Après avoir conclu un accord avec Bournemouth, l’AS Saint-Etienne a transmis, dans les délais, les éléments nécessaires à la délivrance du certificat international de transfert. Néanmoins, le club regrette que Max-Alain Gradel ait choisi ces derniers jours la voie de la polémique dans le seul but de se soustraire au remboursement d’une avance sur salaire qui lui a été accordée, la saison dernière, afin qu’il puisse financer un important projet immobilier en Côte d’Ivoire. Confronté aux exigences parfois déraisonnées du joueur qui avait prolongé, en septembre 2014, son contrat avec l’ASSE jusqu’en 2017, le Directoire a consenti des efforts importants pour répondre à ses souhaits.  En mai dernier, le joueur avait d’ailleurs évoqué le soi-disant manque d’ambition de l’ASSE, qualifiée en UEFA Europa League pour la troisième année consécutive, tout en ouvrant des discussions avec le club anglais, promu en Premier League, sans informer l’ASSE comme l’exige pourtant le règlement de l’UEFA.  Contrairement à ce que Max-Alain Gradel a récemment laissé entendre, ce n’est pas le mode de gouvernance de l’ASSE qui a retardé son transfert à Bournemouth mais bien ses revendications inconsidérées. Désormais, tout est en ordre, aussi bien avec le club anglais qu’avec Max-Alain Gradel.  Des quatre années passées par l'attaquant sous le maillot vert, l’ASSE retiendra l’image d’un joueur talentueux et souriant plutôt que ses inutiles déclarations à la presse », a indiqué l’AS Saint-Etienne, histoire de ne pas passer pour le grand méchant loup dans ce dossier.

Share