Sanction contre l'OM, Aulas se dit « abasourdi »

Sanction contre l'OM, Aulas se dit « abasourdi »

Photo Icon Sport

A l’issue du match de Lyon à Monaco, Jean-Michel Aulas a inévitablement été interrogé sur la décision, jeudi soir, de la commission de discipline à propos des incidents lors du match entre Marseille et Lyon. Le président lyonnais, qui appelait à taper très fort sur l’OM et son stade, a forcément été interloqué par le simple huis-clos partiel sur les virages décidé par l’instance. Le dirigeant rhodanien ne comprend clairement pas ce qui est selon lui une mesure de clémence, et glisse forcément au passage un petit tacle sur l’OM et son changement de politique récent dans la gestion des supporters. 

« On a vécu un match absolument incroyable en 28 ans de présidence de haut niveau je n’avais jamais vu cela. La commission de discipline avait de bonnes raisons d’inverser la tendance… C’est une prime à la rébellion. Je suis assez surpris. Ce n’est pas une incitation pour les clubs qui font bien le travail de continuer à le faire. Ce n’est pas parce que l’OM va faire demain ce qui est obligatoire dans tous les autres clubs sur le plan de la relation avec ses supporters que les choses vont changer, au contraire. Sans vouloir donner l’exemple, on est plutôt bien placé dans la hiérarchie des clubs qui gèrent bien leurs supporters et surtout qui gèrent bien la sécurité des gens qui viennent nous voir (...) Je n’avais rien à faire là-bas puisque, dans cette affaire, je suis la victime. Et puis il valait mieux que je sois absent, parce que, sinon, la commission aurait pu réellement sanctionner Marseille. Et cela aurait été dommage pour l’OM. (Ironique.) On aura des jours meilleurs… Je suis abasourdi  », a expliqué un Jean-Michel Aulas qui aimerait bien que le plein de supporters soit fait dans les deux sens pour les prochains derbys face à l’ASSE. 

Share