CdM : 0 point, le Qatar était au niveau

CdM : 0 point, le Qatar était au niveau

Icon Sport

Trois défaites, zéro points, un seul but marqué, le Qatar a réalisé la pire performance pour un pays hôte dans l'Histoire de la coupe du monde. Un constat dur que le sélectionneur Felix Sanchez a tenté de modérer après le dernier match.

Douze ans d'attente et le soufflet est retombé bien vite. L'équipe nationale du Qatar était l'une des attractions de ce mondial 2022. Au vu des investissements réalisés par l'émirat pour organiser le tournoi, beaucoup attendaient de voir ce que donnerait la sélection. Surtout qu'elle avait été performante ces dernières années avec une victoire en coupe d'Asie et de bonnes prestations en Copa America tout comme en Gold Cup. Malheureusement, dès les premières minutes du match d'ouverture face à l'Equateur, il a fallu se rendre à l'évidence. Le Qatar n'était pas au niveau de l'évènement. 

Le Qatar a atteint un haut niveau... mais très rarement

Après ce premier revers 2-0 attribué par certains à l'enjeu, les choses ne se sont jamais améliorées. Les Qatariens ont perdu 3-1 face au Sénégal puis 2-0 face aux Pays-Bas ce mardi. Ils n'ont pas été honteux mais ont semblé un cran en-dessous des trois autres équipes du groupe A. Les grossières erreurs réalisées dans leurs matchs et le bilan de zéro point, un but marqué, sept encaissés sont venus confirmer cette impression. Le sélectionneur Felix Sanchez n'était toutefois pas d'accord. Pour lui, son équipe a su être au niveau requis mais pas suffisamment longtemps pour être récompensée.

« On a joué contre une grande équipe, probablement l'une des favorites dans ce tournoi. C'était forcément difficile pour nous mais je crois qu'on a été capables de jouer à un très haut niveau à plusieurs reprises. On ne peut pas comparer la Coupe du monde à la Coupe d'Asie (remportée en 2019). Nous sommes venus au Mondial en essayant de jouer à notre meilleur niveau. Nous voulions être compétitifs et nous y sommes parvenus par moments », a t-il lâché en conférence de presse après la rencontre face aux Pays-Bas. Avis sincère ou argument pour défendre son bilan, les chiffres donnent quand même une tendance bien défavorable à l'entraîneur espagnol.