Révolution offensive en Ligue 1 ?

Après trois journées, les instances du football français se targuent d’afficher un total de 84 buts en 30 matchs, soit 2,8 buts/match. Une moyenne digne des championnats les plus offensifs. Néanmoins, Frédéric Thiriez a évoqué les explications de cette avalanche soudaine. « On a compris que l'on jouait au football pour faire plaisir au public et pas uniquement engranger des points. Il y a une génération d'entraîneurs qui privilégient le jeu, prennent des risques, ne verrouillent pas le système : Blanc, Deschamps, Kombouaré, Garcia. Les clubs ont eu aussi les moyens d'investir. C'est le résultat de huit années de bonne gestion des clubs et de la Ligue au niveau des droits télés. Il n'y a pas de miracle. On a ainsi pu limiter les départs des grands joueurs et permettre des achats. Le recrutement a été offensif avec beaucoup d'attaquants, alors qu'autrefois on avait plutôt des arrivées de défenseurs ou de milieux de terrain », avance fièrement le président de la LFP, après seulement trois journées de championnat…