La fuite des talents en L1 ? Il n’y a rien à faire annonce Le Graët

La fuite des talents en L1 ? Il n’y a rien à faire annonce Le Graët

Photo Icon Sport

C’est tout de même une nouvelle grosse claque que le football français est en train de se prendre en ce mois de juin.

Comme chaque été, les internationaux, espoirs ou A, filent vers d’autres horizons dès qu’une proposition intéressante arrive sur le bureau de leur club. Cela ne fait que débuter, car après Ayew, Gignac, Kjaer ou Kondogbia, ce sont des valeurs sures comme Gradel, Imbula, Payet ou encore Beauvue qui se dirigent vers d’autres cieux. Un constat d’impuissance indiscutable qui se situe principalement sur le plan financier, le départ de Payet vers West Ham en étant la dernière preuve en date. Pour Noël Le Graët, président de la FFF, il n’y a malheureusement pas de recette pour contrer ce pillage du football français. 


« L’écart budgétaire est tel qu’aujourd’hui que c’est injouable. D’autant que nos clubs ont souvent besoin de vendre. Ce n’est pas que le football anglais est mieux qu’ailleurs, mais on ajoute pratiquement un zéro sur la paye de nos jeunes joueurs lorsqu’ils traversent la Manche. Dans les années qui viennent, il n’y a pas grand-chose à faire. Il faut que nos clubs se structurent d’avantage. Les Allemands ne se font pas piller comme ça. Les Italiens non plus, un petit peu, mais pas à ce point-là. Le modèle français doit être plus costaud économiquement. Les stades vont nous apporter, à condition que nos responsables de clubs trouvent peut-être d’autres partenaires et travaillent ce côté marketing-business qui est un peu négligé par certains », a livré le président de la Fédération Française de Football sur RMC. Reste qu’entre les charges et les taxes, même les améliorations financières possibles des clubs français après 2016 auront beaucoup de mal à les mettre en D1 européenne en ce qui concerne le pouvoir financier.