L1 : Nasser Al Khelaïfi désigné sauveur du foot français !

L1 : Nasser Al Khelaïfi désigné sauveur du foot français !

Photo Icon Sport

Situation totalement incongrue dans les coulisses du football français, où Nasser Al-Khelaïfi, président du PSG mais aussi grand dirigeant de BeIN Sports, a été envoyé par les clubs de Ligue 1 et aussi le patron de Canal+ pour… faire payer Canal+.

Les rentrées financières du football français, déjà extrêmement réduites avec l’arrêt des compétitions, ont pris un énorme coup derrière la tête quand Canal+, puis BeIN Sports, les deux diffuseurs de la Ligue 1 et de la Ligue 2, ont décidé de stopper les paiements. Les deux chaines ont été catégoriques : s’il n’y a plus de football à diffuser, le contrat passé avec la LFP n’est plus respecté et il n’y a plus de raison de payer pour un produit qui n’est plus disponible. Une décision qui coûte au total 150 ME à la Ligue, et donc aux clubs professionnels. Résultat, le danger financier guette et l’alerte générale a été donnée.

Conflit d'intérêt pour Nasser Al-Khelaïfi ? 

En urgence ce mercredi, il a été convenu que des représentants de la Ligue 1 négocient avec la chaine cryptée pour lui demander un geste de solidarité et ainsi payer une partie des droits télés restant. Jacques-Henri Eyraud (OM), Olivier Sadran (TFC), Jean-Pierre Rivère (Nice) ont été nommés, en compagnie de Nasser Al-Khelaïfi. Or, le président du PSG est aussi le patron de BeIN Media Group. Un énorme conflit d’intérêt qui ne dérange personne, même pas Canal+, puisque c’est Maxime Saada, le président de Canal, qui a poussé à la présence du dirigeant qatari. En Ligue 1, on donne le feu vert total à cette opération de sauvetage, persuadé que seul « NAK » a le pouvoir de faire plier Canal+, et qu’il sera même prêt à montrer l’exemple en débloquant une partie des fonds de BeIN Sports sur les droits non payés lors de la dernière échéance. Alors que Jean-Michel Aulas reste étonnamment en retrait, Al-Khelaïfi a mis les choses au clair : « Je suis le président du PSG », expliquant ainsi qu’il n’était pas là pour défendre BeIN Sports.

Seul lui peut se confronter à Saada

« C'est le seul qui peut nous obtenir quelque chose. S'il va rencontrer Saada, c'est sans doute qu'il sait déjà qu'il peut ramener un peu d’argent », confie un patron d’un club de Ligue 1 sous couvert d’anonymat dans les colonnes de L’Equipe. Un avis très partagé dans l’élite, où tout le monde sait que Canal+ et BeIN Sports, autrefois présentés comme des ennemis jurés, font désormais souvent cause commune quand il y a des grands enjeux. Et c’est particulièrement le cas en ce moment.