L1 : L’UEFA tape sur la France, Aulas avait encore raison

L1 : L’UEFA tape sur la France, Aulas avait encore raison

Photo Icon Sport

Dans le feuilleton digne de Dallas autour de l’arrêt de la saison de football en France, le gouvernement et les instances voient en ce moment cette décision leur retomber dessus.

La Ligue 1 est le seul championnat majeur à avoir pris une telle décision, aussi rapidement. Dès le début, avant même que le verdict ne tombe sur le mode de classement final retenu, Jean-Michel Aulas avait crié à la mesure précipitée, évoquant une perte financière colossale pour le football français. A l’heure où l’Allemagne va reprendre, et que, sauf deuxième vague, les autres pays majeurs européens essayent d'en faire de même, la France se fait tirer les oreilles par l’UEFA. Si l’instance européenne accepte la décision du gouvernement français, elle n’a pas non plus hésité à faire savoir que cela ne se justifiait pas pour le moment.

« Pour nous, la chose importante est de savoir qui est champion, deuxième, troisième et quatrième. Mon avis sur le fait d'annuler la saison si tôt, ce n'est pas une chose idéale parce que beaucoup ont prouvé qu'on pouvait jouer, à l'exception de quelques championnats. Mais il revient au gouvernement de dire ce que les clubs peuvent faire. Pour moi, cette décision est prématurée. Cela ne touche pas l’UEFA. Je respecte cette décision, pour laquelle nous n'avons pas été sollicités parce qu'elle a été prise par différents organes en France.  Je ne vois pas pour quelles raisons les autorités françaises interdiraient un match sans spectateurs », a lancé Aleksander Ceferin sur BeIN Sports. Une balle saisie au bond par Jean-Michel Aulas, qui en a comme d’habitude rajouté une couche, même si l'UEFA n'a jamais été évoqué par le gouvernement pour justifier l'arrêt de la saison.

« C’est vraiment intolérable d’avoir dit et écrit que l’arrêt des compétitions était motivé par l’UEFA et de se voir démentis aussi clairement par le président ! Soyons raisonnables et suivons tous les autres grands pays européens pour éviter la plus grande catastrophe économique », a lancé Jean-Michel Aulas, persuadé qu’il est toujours possible d’inverser la tendance et de faire entendre raison à tout le monde...