L1 : Galtier et Lille, le règlement de comptes commence

L1 : Galtier et Lille, le règlement de comptes commence

Icon Sport

Désireux de quitter le LOSC après avoir remporté le titre de champion de France en L1, Christophe Galtier ne comprend pas l'attitude d’Olivier Létang...

La troisième mi-temps est en train de virer au cauchemar pour les Dogues. Après avoir fêté son premier sacre national depuis dix ans, le club nordiste ne sait toujours pas quel sera son entraîneur la saison prochaine. Officiellement, Christophe Galtier est toujours sous contrat jusqu’en 2022 avec Lille. Et son président ne veut pas lâcher son coach, sauf en l’échange d’une indemnité de départ de 10 millions d’euros… Une somme qu’aucun club ne versera pour faire venir un entraîneur, même si l’OGC Nice veut absolument recruter Galtier. Quoi qu’il en soit, l’ancien entraîneur de l’ASSE ne veut plus retourner dans le Nord de la France, où le président Létang commence à se faire des ennemis. Une information dévoilée par L’Equipe : « Il ne veut pas revenir à Lille. Il ne le fera que s'il y est contraint juridiquement par son contrat. Ce qui promet une belle pagaille, pour ne pas dire une situation explosive si tel était le cas au matin du 28 juin, date de la reprise des deux clubs »

Galtier ne veut plus entendre parler de Létang

Meilleur entraîneur de Ligue 1 la saison passée, Galtier ne comprend pas les intentions du PDG du LOSC, qui « aurait aimé qu'on le prévienne plus tôt et que l'on respecte le club ». Sauf que selon le quotidien sportif, le technicien français avait averti son président dès le mois de février de ses envies d’ailleurs. Dans la foulées des festivités du titre, Galtier avait confirmé sa volonté, en évoquant une fin de cycle à Lille, où il a tout vécu depuis 2017, du maintien au titre en passant par la Ligue des Champions. En attendant de savoir sur quel banc il sera la saison prochaine, Galtier travaille secrètement avec la direction de Nice. Le 1er juin dernier, il a même rencontré la direction azuréenne ainsi que Bob Ratcliffe, le boss d’Ineos et le propriétaire des Aiglons. À Nice, un contrat de trois ans l’attend… ou pas, si Létang continue à jouer avec les nerfs des uns et des autres.