Droits TV : La réponse incroyable de Nasser Al-Khelaïfi à Mediapro

Droits TV : La réponse incroyable de Nasser Al-Khelaïfi à Mediapro

Photo Icon Sport

Sur tous les fronts depuis le début de cette crise, Nasser Al-Khelaïfi prend très à coeur son rôle de représentants des clubs de Ligue 1 auprès des diffuseurs.

Il faut dire que ces derniers, à savoir Canal+ et BeIN Sports, ont refusé d’émettre le virement du mois d’avril correspondant aux droits TV, étant donné que les matchs sont interrompus. Une passe d’armes où chacun défend son bifteck, et qui a surtout permis à Mediapro, futur détenteur des droits pour la saison prochaine de monter au créneau. Non seulement le groupe sino-espagnol a critiqué cette décisions des diffuseurs, mais il a surpris tout le monde en annonçant sa volonté de reprendre la main plus tôt que prévu en diffusant la fin de la saison 2019-2020. Ce qui n’était pas du tout prévu bien évidemment.

« Je le redis si la Ligue casse ce lien avec beIN et Canal, Mediapro est prêt à diffuser la fin de la saison 2019-2020, même si elle se joue en juin ou en juillet », a ainsi fait savoir Jaume Roures , le patron de Médiapro. Des propos qui sont arrivés forcément aux oreilles de Nasser Al-Khelaïfi, qui y a immédiatement répondu. Mais alors qu’on aurait pu penser que le président du PSG, beaucoup plus incisif ces derniers temps depuis qu’il a l’appui des clubs français, aurait envoyé son adversaire sur les roses, cela n’a pas du tout été le cas.

« La confirmation par Mediapro du respect de ses engagements pour la saison prochaine est une très bonne nouvelle. Nous travaillons tous pour que les meilleures conditions soient réunies pour faire de la prochaine saison un accord gagnant-gagnant pour tout le monde. Leur proposition de diffuser les deux derniers mois de Championnat est encore une meilleure nouvelle et nous devrions l’étudier », a expliqué dans des propos repris par L’Equipe un Nasser Al-Khelaïfi qui semble exagérément enthousiaste à l’idée de voir Mediapro griller la politesse à tout le monde. Ironie ou pas, le président du Paris SG ouvre en tout cas la porte à une révolution plus rapide que prévu pour les droits TV en France, même si les clubs doivent forcément se demander ce que cela peut changer pour l’argent qui doit être versé…